à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Divertissements > Gastronomie
 

Lyon prend le pouvoir
 

Lyon a pris seul la tête de la Ligue 1 en s’imposant à Lens (0-2) lors de la 8e journée. Profitant du revers de Bordeaux (3-1), l’OL devient la seule équipe invaincue du championnat. Avec un point d’avance, les Lyonnais font désormais la course en leader.


Après la défaite de Bordeaux dans l’aprés-midi. L’occasion pour Lyon, en cas de succès à Bollaert, de prendre la tête de la Ligue 1. Et bien l’OL a fait le métier, pour une victoire loin d’être aisée mais pleine d’assurance et de bonne gestion. Notamment grâce à un homme, Kim Källström. Le Suédois a livré une prestation parfaite, avec une passe décisive et un but. L’homme-clé de l’équipe rhodanienne sur ses deux réalisations.

Le premier exploit va arriver très rapidement. Kim Kallström, de nouveau sur pied, sert Sidney Govou sur le côté gauche. Celui qui vient d’être rappelé en équipe de France décide alors d’illuminer le match. Il se décale et frappe avec précision, d’une trentaine de mètres, pour battre Vedran Runje, avec l’aide de la barre. Une réalisation pleine d’opportunisme qui place alors les Gones dans une position idéale (1-0, 6e).

En menant au score si tôt dans le match, l’OL sait alors qu’il a fait un grand pas vers une bonne performance. Et entre dans une opération de gestion de cette avance. Concrètement, cela se manifeste alors par une tactique attentive, laissant Lens posséder le ballon et organiser ses attaques. Sauf qu’elles vont s’avérer être plus dangereuses que prévu, notamment dans leur régularité.

Chaque phase de jeu artésienne met la pression sur la défense et cela finit par payer. L’omniprésent Eduardo est trouvé dans les airs et dévie le ballon sur le bras décollé d’Anthony Réveillère. Laurent Duhamel signale logiquement le point de penalty. Yohan Dumont s’avance pour aller le frapper et semble avoir tout le poids de l’espoir de Bollaert sur les épaules et tire à côté du poteau d’Hugo Lloris.

Mais loin d’être abattus, les hommes de Jean-Guy Wallemme ne se désunissent pas. Et vont poursuivre dans ce sens au retour des vestiaires mais Lyon ne va jamais plier, prouvant que la charnière centrale expérimentale Cris-Toulalan est de tout premier plan.

Lens a la possession du ballon mais plus le temps passe, moins les attaques sont incisives. L’arrière-garde lyonnaise est solide jusqu’au bout, notamment grâce à un bon quadrillage du terrain, empêchant les locaux de se créer des espaces. Et c’est Lyon qui va finir le match dans les meilleures dispositions.

A l’heure de jeu, Kim Källström manque de peu de surprendre Vedran Runje d’un centre-tir fuyant. Le portier croate est rarement mis à contribution mais le Suédois va retenter sa chance quelques minutes plus tard. A une bonne vingtaine de mètres du but lensois, il arme une frappe surpuissante, à mi-hauteur, qui légèrement contrée vient finir sa trajectoire dans le petit-filet, hors de portée d’un Runje un peu mal placé (2-0, 78e). Le break est alors fait et Lyon ne sera plus inquiété, malgré l’incessante activité de Samba Sow, le plus remuant des lensois en seconde période.

Pour Lyon, il s’agira surtout de ne pas rompre la dynamique actuelle. Car actuellement, tout baigne chez les Gones, nouveaux leaders de la Ligue 1.

Master OL
© Parigones - clabdesign