à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Sports > Olympique Lyonnais > Olympique Lyonnais - Matchs
 

A 10 contre 11 jusqu’à la fin de saison.
 

Après les fêtes de fin d’année, les équipes de L1 sont souvent à la peine. Des excès en famille, des transferts qui chamboulent les effectifs... Ce n’est pas le cas de l’Olympique Lyonnais qui s’est brillamment qualifié pour les 1/2 finale de la coupe de la ligue, en s’imposant face au LOSC (2-1), invaincu depuis 9 mois, toutes compétitions nationales confondues.


De nombreux enseignements sont à tirer de la rencontre de ce soir. Le premier étant que, quantitativement, l’OL est vraiment court défensivement. Laisser partir Cissokho, en Angleterre ou ailleurs, serait une erreur monumentale. Non pas que le latéral gauche soit irréprochable, mais il apparaît comme un joueur capable de faire la différence sur son côté et, surtout, aucun remplaçant à son poste ne semble en mesure d’émerger cette année. Dabo, comme lors du derby, s’est fait expulser après quelques minutes, bien que la faute n’aurait dû lui valoir qu’un carton jaune. A ce sujet, Mr Duhamel a de quoi laisser perplexe toutes les personnes qui suivent l’OL. La question se doit d’être posée : cet arbître a t il vraiment une dent -voire un dentier- contre l’OL ou est il tout simplement d’un niveau si faible qu’il puisse prendre la -mauvaise- décision de "détruire" un match qui partait pourtant bien ?

Non seulement l’OL devra conserver ses éléments défensifs, mais un renfort dans ce secteur serait loin d’être du luxe, si l’on prend également en considération que Cris devrait certainement prendre sa retraite policière en fin de saison.

Après ce coup du sort, l’OL a plié, puis rompu. Un but sur un contre rapide successif à une perte de balle indécente au milieu a valu à Joe Cole de crucifier Hugo Lloris. Les visiteurs ouvraient le score, rappelant à Rémi Garde que Gonalons est décidément indispensable dans l’entrejeu lyonnais cette saison.

Seulement voilà, comme lors du derby, c’est à 10 que l’OL a su se serrer les coudes et montrer tout son panache (spéciale dédicace à Adil Rami, ex lillois qui ajouta un mot à son vocabulaire il y a quelques temps lors d’une interview où il pensait que "Panache" était le nom d’un joueur).

Garde a eu un coup de génie, disons le, en faisant passer Bastos... arrière droit... ! A se demander si la tactique révolutionnaire ne serait pas de faire jouer deux ailiers en latéraux... Frustrés mais rigoureux, ils seraient décisifs lors de leurs rares actions offensives menées jusque dans la surface adverse.

En tout cas, le capitaine Licha a su galvaniser ses troupes. A 5 minutes de la mi-temps, un coup franc était sifflé pour l’OL à l’entrée de la surface lilloise. Bastos s’en charge. Enyeama, remplaçant de Landreau en coupe, repousse dans les pieds de Kim Kallstrom -qui n’était pas en position de hors jeu- qui marque de près. Un partout à la mi-temps.

Pas de changement côté lyonnais. A Lille, Basa est remplacé par Rozenhal. Les lillois qui n’étaient pas allés à Gerland ont dû avoir bien peur en voyant cela car Rozenhal est vraiment une catastrophe. Au micro de France2, Gravelaine essayait bien de minimiser la chose, mais voilà, la parité était rétablie, les deux équipes jouaient à nouveau à 10 contre 10.

Et dès l’entame de la seconde mi temps, l’OL a poussé, comme un symbole visant à rappeler au champion de France en titre que le champion de la dernière décennie n’était pas mort... Sans sous évaluer le grand match réalisé par Kallstrom et Bastos notamment, la seconde mi temps était surtout marquée de la classe du meilleur attaquant de L1, Lisandro Lopez. Peu après l’heure de jeu, d’une frappe en pivot, il donne l’avantage aux lyonnais... Gerland s’est emballé et il y avait de quoi. Pendant 45 minutes le LOSC a très peu existé et l’OL aurait pu enfoncer le clou. Debuchy fut expulsé pour un coup de pied sur Lisandro et Gourcuff est sorti sous plus d’applaudissements que de sifflets. Une bonne chose car lorsque l’OL retrouvera Gourcuff à son meilleur niveau, le titre de L1 ne sera plus un objectif utopique. Modeste, l’OL, en battant le LOSC ce soir est sorti de l’ombre médiatique qui lui allait si bien. Gageons qu’il s’agit d’une bonne chose, car dès samedi l’OL ira défier Montpellier à la Mosson.

GROS PLAN : UMTITI. Il n’a pas été le meilleur lyonnais, loin de là. Cependant, dans un secteur de jeu où il y a de la place à cause de la CAN et des blessures, le Gone a prouvé qu’il avait de la ressource, de l’envie, un bon jeu de tête et un placement pas dégueu. Au contact de Cris ou Lovren, il devrait apprendre très vite et marcher sur les traces de Bruno N’Gotty.

Les notes de l’OL

Lloris 6 Gonalons 6 Umtiti 6 Cissokho 5.5 Gourcuff 5.5 Kallstrom 8 Grenier 5.5 Lacazette 6.5 Bastos 7 Lopez 7.5

Dabo, Ederson, Briand, non notés.

ERIC L.

JéM
www.parigones.net
© Parigones - clabdesign