à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Divertissements > Apéros & Afterworks
 

La 18ème bougie de l’OL
 

L’Olympique Lyonnais a fêté sa 18ème année sans défaite chez les stéphanois avec un succès 1 à 0 sur un magnifique coup franc de Michel Bastos et consolide sa place de leader de la L1. Les supporters de l’ASSE né après 1990 n’ont jamais encore vu leur équipe battre les Lyonnais à Geoffroy-Guichard... ça laisse rêveur, surtout les stéphanois d’ailleurs.


La prochaine fois, Roland Romeyer tournera sept fois sa langue dans sa bouche avant de s’exprimer. Lundi sur RMC, le président du Directoire de l’AS Saint-Etienne avait comparé Rémy Vercoutre à une 2CV et Stéphane Ruffier à une Ferrari. La visite de Lyon à Geoffoy-Guichard dimanche soir l’amènera peut-être à revoir son jugement.

Dans une rencontre cadenassée où les deux gardiens n’ont pas eu grand chose à faire, le portier stéphanois a précipité la chute de son équipe. Lui et son mur qui s’est totalement disloqué sur un coup franc de Michel Bastos (65e). Invaincus depuis treize matches toutes compétitions confondues, les Verts sont donc tombés (0-1). Comme d’habitude face à l’OL. Ils n’ont plus battu les Rhodaniens dans leur chaudron depuis le 6 avril 1994.

Les circonstances du match se prêtaient pourtant à un sursaut stéphanois. Alors que le principal fait d’arme de la seconde période avait été un pétard lancé sur la pelouse à quelques mètres de Steed Malbranque qui s’apprêtait à tirer un corner, Mouhamadou Dabo a fait basculer la rencontre. Paradoxalement du bon côté pour les Lyonnais. Expulsé pour avoir donné un coup de tête dans le torse de Gradel, le latéral gauche a contraint Rémi Garde à faire rentrer Bastos avec la suite que l’on connaît.

Petit clin d’oeil : le 29 octobre 2011, à Gerland, son carton rouge face à Saint-Etienne avait aussi constitué un tournant. En infériorité numérique, l’OL avait ensuite frappé deux fois par Briand et Gourcuff (2-0).

Lyon n’a pas fait aussi bien. Mais cette victoire sur la plus petite des marges suffira amplement à son bonheur. Au-delà de la question de la suprématie régionale, les joueurs de Rémi Garde ont entretenu leur dynamique de succès, et consolidé leur position de leader : cinq points devant le PSG et Marseille, huit devant Saint-Etienne.

Aux anges, les supporters lyonnais n’ont pas manqué de chambrer Romeyer. Après avoir chanté « on est chez nous » pendant que le public stéphanois désertait le Chaudron, ils ont rendu hommage à leur « 2CV ». C’est de bonne guerre.

JéM
www.parigones.net
© Parigones - clabdesign