à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Divertissements > Apéros & Afterworks
 

Les Bateaux Mouches de Paris sont Lyonnais
 

C’est à l’occasion de l’exposition universelle de Paris en de 1867 que les premiers bateaux-mouches firent leur entrée dans la capitale. À la suite d’un concours lancé par les organisateurs de l’exposition, le constructeur naval lyonnais Michel Félizat remporta le prix...


Michel Felizat achemina une trentaine d’exemplaires de ses bateaux construits dans ses ateliers implantés dans le quartier de la Mouche à Lyon (d’où leur nom).

Après la guerre, le transport fluvial de voyageurs disparut rapidement au profit des transports terrestres et souterrains (Métro). C’est à ce moment-là que Jean Bruel acquit un des derniers bateaux de l’exposition universelle, afin de proposer des promenades touristiques sur la Seine. Il déposa la marque Bateaux Mouches en 1950.

Afin de faire parler de sa nouvelle activité touristique sur la Seine, Jean Bruel inventa le personnage mythique de Jean-Sébastien Mouche, qu’il présenta comme le concepteur des Bateaux Mouches. Avec l’accord de ce dernier, un journaliste rédigea une biographie de l’imaginaire Monsieur Mouche, dont il fait à la fois le collaborateur du baron Haussmann, le fondateur d’une police de renseignements surnommés les « mouchards » et enfin, l’inventeur des fameux bateaux-mouches.

Durant l’inauguration de son bateau en 1953, la presse évoqua cet événement insolite, acte fondateur d’une nouvelle activité touristique sur la Seine qui attira depuis des millions de visiteurs.

Ce canular a survécu pas mal de temps, et aujourd’hui encore il arrive qu’on s’y laisse prendre.

JéM
www.parigones.net
© Parigones - clabdesign