à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Sports > Olympique Lyonnais
 

Coupe de la Ligue : Cruelle élimination de l’OL
 

SOCHAUX (Doubs), 18 jan (AFP) - Sochaux a pris sa revanche sur Lyon, qui l’avait sorti de la Coupe de la Ligue de football aux tirs au but l’an dernier, en lui infligeant le même châtiment au terme d’un match haletant (3-3 a.p.), samedi, en 8e de finale à Bonal.


Déjà éliminé de la Coupe de France et de la Coupe d’Europe, l’OL n’a plus que la Ligue 1 pour se consoler cette année.

Les Lyonnais ont réalisé une entame cauchemardesque. Dès la 5e minute, Caçapa ratait son contrôle sur une relance de Coupet. Pagis récupérait le ballon et lançait Santos, qui bénéficiait d’un contre favorable avant de marquer dans le but vide.

Quatre minutes plus tard, Pagis adressait une longue ouverture au même Santos, qui éliminait Caçapa d’un superbe contrôle orienté puis fusillait Coupet, du gauche. Ce doublé faisait hurler de dépit les supporteurs lyonnais, qui cessaient ensuite d’encourager leur équipe.

Sur le terrain, les hommes de Le Guen ne leur donnaient guère de raison de sortir de leur mutisme, jusqu’à la 45e minute, lorsque Juninho trouvait Govou au point de penalty. Celui-ci ne ratait pas l’occasion de réduire l’écart.

Govou poursuivait sur sa lancée après la pause. Il attirait d’abord les défenseurs sochaliens pour mieux offrir l’égalisation à Luyindula, esseulé dans la surface (47), puis plaçait son équipe en tête d’un tir croisé (50).

Le triplé n’était pas loin trois minutes plus tard, lorsque Raschke empêchait Govou d’armer correctement son tir (53), mais c’est finalement Santos qui s’offrait le coup du chapeau. Sur un centre de Pagis, Trapasso remettait à l’attaquant brésilien qui égalisait de la tête (76).

Sous le regard de supporteurs lyonnais toujours sans voix, le rythme ne faiblissait pas jusqu’à la prolongation, stérile. Dès lors, il fallait s’en remettre aux tirs au but. Edmilson frappait au-dessus, Isabey ne tremblait pas et Bonal pouvait chanter.

Toutes les autres infos sur le match sont sur Yahoo.fr

JéM
www.parigones.net
© Parigones - clabdesign