à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Sports > Olympique Lyonnais
 

Interview de Jean-Michel AULAS
 

JMA revient sur des sujets comme la situation sportive de l’OL, l’origine des résultats, les rapports avec la presse et les manifestations des supporters.

La situation sportive Je rappelle que l’année dernière on avait également connu un passage à vide. Là ce n’est d’ailleurs pas vraiment un passage à vide, c’est un enchaînement de mauvais résultats qui quelquefois se jouent sur très peu de choses, mais c’est le lot du football de se jouer sur très peu de choses. L’année dernière on a gagné le titre sur très peu de choses aussi, faisons en sorte de continuer à être dans la course jusqu’au dernier jour du mois de mai. Cela permettra de continuer d’espérer.


Ma vision de la situation est que nous avons eu un démarrage catastrophique hier, puis on a établi un très bon match par la suite, je crois que Sochaux n’avais pas pris de buts depuis 8 matchs. L’équipe a réussi en étant mené 2-0 à revenir à 3-2, mais à l’arrivée, malheureusement, et comme toujours quand on met la pression sur un joueur, c’est celui-là qui rate son penalty. C’est une année assez malheureuse sur le plan des résultats. Maintenant il reste un l’objectif majeur, qui est d’être champion une 2ème fois. On va tout faire pour essayer de bien préparer ça, et dans cette hypothèse là ce ne serait qu’un épisode malheureux.

L’origine des résultats Je crois que ça se situe plutôt sur le terrain, et sur le plan des joueurs plutôt que sur le plan de l’encadrement. Je ne peux pas vous tenir le détail de ce qui a été dit, mais je crois qu’on a surtout fait appel à la responsabilisation individuelle, sportive, mais aussi financière du club, puisque chacun à sa responsabilité. Il faut faire l’union sacrée, c’est la seule solution. Plus les ambitions sont élevées, et c’est le cas de Lyon, plus il faut rester unis. Quand j’essaie de protéger les joueurs et le club après un échec, c’est pour éviter la déstabilisation. On a des clubs qui explosent à la suite d’un échec, il y en a d’autres qui rebondissent, pour le moment on préfèrerait faire partie de ceux qui rebondissent. C’est pour ça qu’on s’accroche très fortement aux points forts. J’ai souvent discuté avec les joueurs individuellement et collectivement, à moins qu’ils vous fassent des confidences qu’ils ne me font pas, ce que je ne crois pas un instant, le problème du moment n’est pas que le message de Paul Le Guen passe ou pas. C’est un problème de solidarité, de faire jouer 15 ou 17 stars ensemble. C’est ce qui explique les résultats, car quand ils jouent bien ensemble, l’OL est irrésistible. Et vous l’avez dit vous-mêmes après les victoires contre l’Inter, Rosenborg ici ou d’autres. Et puis quand l’égoïsme individuel passe au dessus de l’intérêt collectif, on a du mal à faire jouer la partition tous ensemble. C’est la difficulté d’un groupe de talent. Je vous citais tout à l’heure Barcelone ou le Bayern de Munich qui ont aussi connu de grosses difficultés, c’est la difficulté des grosses équipes, ou des équipes à fort budget. C’est de faire jouer tout le monde ensemble au bon moment avec un objectif unique. De dire qu’il faut baisser de moitié les salaires après un échec est une utopie, comme de dire de les envoyer à l’usine pour leur montrer la réalité de la vie. Ce n’est pas non plus possible, Par contre il y a des moyens de leur faire comprendre un certain nombre de choses, de les sensibiliser. C’est ce que j’ai essayé de faire hier matin.

La presse Quelquefois il y a une excitation populaire qui est due à la présentation d’un certain nombre d’évènements. Quand on place le résultat d’un match sur l’honneur, sur le déshonneur, sur la lutte des classes ou sur des éléments qui peuvent attiser la haine, ça peut quelquefois engendrer des réactions. Mais ceci étant, la presse fait son travail plutôt bien, et le football est par définition un sport public, donc il faut en accepter les règles. Mais en accepter les règles, ça ne veut pas dire de ne pas essayer de les tempérer quand on sent que l’on est un peu à la limite. Ce n’est pas négatif, je ne crois pas, à nous quelquefois de mieux expliquer les choses pour mieux comprendre et de donner des versions qui seront comprises et acceptées.

La manifestation des supporters Personne n’a dit que c’était anodin. C’est arrivé à Marseille quand Marseille n’avait pas de bons résultats, à St Etienne ou à Paris quand tout le monde avait vu partir son coach avant l’heure. C’est la conséquence d’un sport qui est un sport très populaire, très médiatisé, et qui engendre de temps en temps des excès, mais ce n’est pas moi qui attise la haine ou qui fait en sorte de sous estimer ce qui s’est passé. Par contre je vais essayer d’aller régler les problèmes et de trouver des solutions Le supporter est essentiel dans la vie d’un club, l’année dernière, il a été essentiel bien sûr dans l’atteinte de l’objectif. Et puis après il y a effectivement son rôle qui est à déterminer. Il faut qu’il y ait l’enthousiasme, la passion, l’ambition mais il faut éviter la violence. Il faut qu’on en parle avec eux et qu’on trouve un certain nombre de consensus sur cette gestion des groupes de supporters.

JéM
www.parigones.net
© Parigones - clabdesign