à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Esprit > Juridique
 

La famille du football européen s’agrandit une nouvelle fois...
 

... presque au monde entier. Après le fameux arrêt BOSMAN rendu par la Cour de justice européenne en décembre 1995, rappelant la libre circulation des personne dans l’espace communautaire et ...


annulant les restrictions du nombre de joueurs étrangers par club au niveau communautaire, la jurisprudence française a étendu cette tolérance à quasiment toute l’Europe de l’est.

En effet, le Conseil constitutionnel a rendu une décision le 30 décembre 2002 qui laisse perplexe de nombreux commentateurs tant sportifs que politiques.

L’arrêt MALAJA a fait droit à la requête d’une basketteuse polonaise qui estimait discriminatoire les quotas imposés par les instances internationales. La requête se fondait sur un traité conclu entre les deux pays qui vise à abolir toute discrimination fondé sur la nationalité en ce qui concerne les conditions de travail.

Cette disposition peut parfaitement s’appliquer au football et au total 24 traités similaires ont été conclus par la France avec les pays suivants : Turquie, Pologne, Hongrie, Roumanie, Bulgarie, Slovaquie, République tchèque, Roumanie, Estonie, Lettonie, Slovénie, Russie, Ukraine, Moldavie, Kazakhstan, Kirghizstan, Biélorussie, Géorgie, Arménie, Azerbaïdjan, Ouzbékistan, Tunisie, Algérie, Maroc.

Cette décision apparaît très dangereuse car au début de l’année 2000, 77 conventions de ce type ont été conclues avec des pays de la zone Afrique-Caraïbes- Pacifique

La grogne monde donc au niveau du football français car les salaires de tous ces pays sont très inférieurs à ceux du foot français et ce phénomène pourrait aggraver le chômage des joueurs français déjà relativement important (100 joueurs à l’heure actuelle).

Le président de la FIFA Sepp BLATTER souhaiterait instaurer un nombre minimum de 6 joueurs sélectionnables dans le pays d’origine du club pour encourager la formation. Mais les différentes instances du foot ne sont pas encore tombées d’accord sur ce point. Affaire à suivre…

Sébastien GINON

Pour plus d’infos, voir l’article paru dans le Monde.fr

Sebastien
© Parigones - clabdesign