à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Esprit > Société
 

Ces lyonnais si "américains"
 

Les avis de trois lyonnais résidant à New-York sur les actuels événements internationaux relatifs à l’Irak.


Laurent LANNEAU, chef-cuisinier de l’ambassadeur de France à New York

"J’ai été choqué. Les Américains nous ont montrés du doigt. J’avais l’impression que c’était nous, les méchants. Les Français ne sont pas d’accord avec la position américaine, mais cela ne veut pas dire que nous sommes le vilain canard. Et pourquoi un tel acharnement sur la France, et pas sur la Belgique ou l’Allemagne ? Les gens ne comprennent pas la position de notre pays. Quand on regarde la télé, quand on lit les journaux, on nous dit : "Il faut aller en Irak". À la fin, les Américains se demandent : "Mais pourquoi les Français font-ils le jeu de Saddam ?" C’est de la propagande au même titre que dire qu’il faut enlever Saddam par peur du terrorisme. C’est un raisonnement simpliste de la part du gouvernement Bush, mais qui semble marcher. ...//... L’opposition n’a pas trop la parole dans les médias. On entend Dustin Hoffman, Madonna, s’élever contre ce conflit parce que ce sont des célébrités. Mais on ne voit pas les autres opposants : c’est dommage. Surtout, il y a un sentiment anti-français qui semble s’installer et personne n’est là pour s’y opposer".

Daniel BOULUD, le plus des chefs français, Lyonnais installé à New York

"La France défend ses intérêts avec Saddam Hussein en s’opposant aux États-Unis. Mes amis américains sont désolés de cette situation. Ici, on parle de boycottage de produits qui viennent de France, comme le vin… C’est une situation difficile. Mais c’est comme dans une famille, on s’engueule, mais on ne se sépare pas. ...//... À New York, nous sommes en alerte rouge. À tout moment, un attentat peut nous frapper. Il y a une psychose. Certains riverains mettent du plastique sur leurs fenêtres par peur d’attaques bactériologiques... Nous attendons de sévères représailles, pas comme en France".

Bruno DELLINGER, responsable de l’ADERLY à New York (rescapé de l’attaque du World Trade Center)

"Nous vivons dans une atmosphère de tension extrême. C’est peut-être difficile à comprendre, mais c’est un pays qui part en guerre et les gens sont tristes de voir leurs troupes partir. À cela s’ajoute l’alerte rouge qui nous plonge dans une grande inquiétude : il y a des check-points, des vérifications d’identité, etc., avant d’entrer à Manhattan. ...//... Vous savez, les Américains ont vécu l’opposition française comme une profonde trahison. Ça donne des réactions assez vives : les consulats et d’autres organismes français reçoivent des mails violents. Ce n’est pas de l’anti-francisme (sic), mais plutôt un message signifiant : "Vous nous avez trompés". ...//... Mais il faut savoir que nous sommes encore dans une période de débat. Le pays est déchiré en deux, et les opposants à la guerre se font largement entendre".

Ces trois Lyonnais n’ont pas la même analyse de la situation mais ils s’accordent au moins sur un point : "Les Américains seront toujours là pour soutenir leur président, même s’ils ne sont pas d’accord avec lui. Avant tout, ils sont patriotiques".

Source Lyon Capitale

Manifestations anti-guerre place Bellecour Manifestations anti-guerre place Bellecour
JéM
www.parigones.net
© Parigones - clabdesign