à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Sports > Olympique Lyonnais
 

L1 : Lyon dans le sprint final
 

En se déplaçant à Nice dimanche pour le compte de la 31e journée du championnat de France de football de Ligue 1, l’Olympique Lyonnais n’a qu’une envie : poursuivre sa remontée vers la tête du classement de Ligue 1.


Car en emportant ses trois derniers matches (Rennes, 4-1, à Auxerre, 1-2 puis face à Ajaccio, 3-1), le champion de France en titre s’est relancé dans la course à un doublé.

"Ce n’est pas le moment de craquer, note Eric Carrière. Il faut maintenir le rythme pour finir au moins dans les deux premiers et tenter d’accrocher un nouveau titre de champion."

Pointés à six points de l’OM, le leader au soir de la 27e journée, les Lyonnais occupent désormais le troisième rang avec seulement une longueur de retard sur Monaco et Marseille.

Ils sont donc, de nouveau, en embuscade.

"Il faut tout faire pour ramener quelque chose de ce périlleux déplacement. Il faut prendre les matches un par un et surtout, comme nous le dit le coach, comme une finale de Coupe, à chaque fois", déclare Christophe Delmotte.

"Il ne faut donc négliger aucun détail, car c’est l’équipe qui fera le moins de fautes d’ici la fin de saison qui sera championne."

Cette mini série de victoires a non seulement relancé l’OL, mais elle lui a aussi amené une nouvelle certitude sur son jeu.

"PAS UNE REVANCHE DE L’ALLER"

"Quand tu gagnes trois matches de suite, il n’y a rien de mieux pour la confiance, constate Eric Deflandre. En plus, on retrouve aussi un nouvel état d’esprit."

Lancé dans son habituel sprint final, Lyon ne veut donc pas "gâcher", même si Nice reste presque imprenable à domicile.

"Toute l’équipe se bat très bien pour essayer de faire une bonne fin de saison. On a un groupe avec beaucoup d’expérience. Cela fait trois-quatre ans que l’OL joue les premiers rôles et cela joue dans les têtes pour aborder les matches difficiles, comme celui de Nice", ajoute Deflandre.

Les Lyonnais auront sûrement en tête le scénario du match aller : ils tenaient la victoire quand sur un dernier coup-franc, Jacques Abardonado était venu placer sa tête pour une égalisation de Nice inespérée dans le temps additionnel (2-2).

"Il ne faut pas prendre ce match comme la revanche de l’aller, prévient Eric Carrière. Il faut surtout que nous fassions jouer notre expérience."

Car depuis, le promu a confirmé son excellente année.

"Il faut donc se servir de notre match qui est l’une des références, c’était à Auxerre, dit Philippe Violeau. Nous avons bien entamé la partie, avec du réalisme, de la présence et de la solidité."

Lyon a prolongé sa bonne série officielle par une probante sortie en match amical, samedi dernier, face à Bastia (4-1, avec deux buts d’Eric Carrière, un penalty de Juninho et un but de Frédéric Née).

EMBARRAS DU CHOIX POUR LE GUEN

Pour la rencontre à venir, Paul Le Guen dispose de l’ensemble de son effectif. Durant la mini-trève de 15 jours depuis le dernier match, Claudio Caçapa (problème aux adducteurs) et Christophe Delmotte (problème au talon d’Achille) ont pu se soigner et devraient postuler pour une place de titulaire.

Le coach a donc le choix. Et peut-être l’embarras.

Car les retours de quelques valeurs sûres promettent un casse-tête à l’entraîneur.

Que faire d’un Sony Anderson, qui aspire légitimement à une place de titulaire après un retour réussi en huit minutes face à Ajaccio, avec un but à la clef ? Mais que dire à Peguy Luyindula, qui a montré pendant l’absence de la star qu’il était mieux qu’un remplaçant ?

Que faire d’un champion du monde, le défenseur brésilien Edmilson, voué au banc des remplaçants lors des trois derniers matches ? Faut-il sortir d’un onze qui gagne les irréprochables Claudio Caçapa et Patrick Müller ?

Que faire enfin de Mahamadou Diarra, qui s’est vu privé de titularisation depuis le non-match à Monaco, début février ? Revenu en forme et en grâce au même moment, Philippe Violeau doit-il céder sa place ?

En revanche, l’international Jérémie Bréchet purgera, à l’occasion de ce déplacement sur la Côte d’Azur, un match de suspension pour une série de trois cartons jaunes en dix rencontres.

Source Reuters

JéM
www.parigones.net
© Parigones - clabdesign