à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Esprit > Economie
 

TopAchat rachète Clust
 

L’entreprise lyonnaise de commerce électronique Topachat vient de prendre le contrôle de son homologue parisien Clust, ex-star de feu la nouvelle économie.


Topachat est spécialisé dans la micro-informatique et Clust dans l’équipement de la maison et le numérique. La société représente désormais 57,3 millions d’euros de chiffre d’affaires. Une partie du personnel de Clust devrait rejoindre l’équipe lyonnaise.

La nouvelle entité devrait atteindre la rentabilité à la fin de son exercice 2003 et dégager 80 millions d’euros de chiffre d’affaires, selon les calculs de ses dirigeants. Reste aux actionnaires des deux sociétés à valider le projet.

La rumeur qui courait depuis quelques jours a été confirmée ce matin, par voix de communiqué de presse. Topachat, le site français de vente de produits high-tech, filiale du groupe Ixo, va absorber la société Clust SA, qui exploite depuis 1999 un concept autrefois en vogue dans le commerce électronique, les achats groupés.

Un protocole d’accord a été signé le 27 mars pour mettre la fusion sur les rails, qui doit encore être approuvée par les actionnaires des deux sociétés. Le montant de l’opération n’a pas été dévoilé. En octobre 2002, une première tentative avait échoué car les pôles d’actionnaires respectifs n’avaient pas pu s’entendre sur les capitaux à avancer pour relancer les deux affaires.

La nouvelle entité entend générer des revenus compris entre 75 et 80 millions en 2003. Cela devrait lui permettre « d’atteindre la taille critique et d’être rentable sur l’ensemble de l’exercice », précise au journaliste de ZDNet Bruno Viret Lange, directeur général de Topachat. Au chapitre des pertes nettes, d’autres sources indiquent qu’elles se montent pour chacune des sociétés à 1 million d’euros environ sur l’exercice 2002.

« Les deux enseignes continueront à cohabiter car elles sont très complémentaires », nous précise par ailleurs Sébastien Wolff, P-DG de Clust. La société avait été racheté en 2000 par Dealpartners, pour finalement imposer à l’automne dernier son nom à l’ensemble du groupe (dont le site Uniondream.com).

Himalaya impose sa stratégie en sous main

Grâce à cette fusion, les dirigeants entendent améliorer la structure de coûts et réaliser des économies d’échelle, notamment sur le plan de la logistique. Ils ont déjà commencé à centraliser l’ensemble des opérations sur Lyon, où se situe la plate-forme logistique de Topachat.

Ixo (ex-groupe Infosources, créateur d’Infonie), qui détenait 52% du capital de Topachat avant la fusion, demeurera son principal actionnaire, mais ne sera plus majoritaire. L’ensemble sera administré par un conseil de surveillance, présidé par Christophe Sapet, le P-DG d’Ixo (et ex-numéro un d’Infonie en 1996), et par un directoire composé de Bruno Viret-Lange et Sébastien Wolff.

Ils espèrent que cette fusion produira « un effet d’entraînement sur des entités concurrentes ». En clair, Topachat reste ouvert à toute possibilité de rachat sur le marché. Ce qui correspond à la stratégie de Christophe Sapet, qui est, par ailleurs, le président d’Himalaya, une "web agency" (société de services internet) cotée en Bourse et désireuse de se diversifier. Avant la fusion, Himalaya avait acquis 10% du capital de Topachat, avec comme objectif de se recentrer sur l’e-commerce, pour relancer son activité.

Sources : ADERLY Actualités et ZDNet.

JéM
www.parigones.net
© Parigones - clabdesign