à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Esprit > Economie
 

Investissements : Rhône-Alpes 1er de la classe
 

Avec plus de 4 000 emplois créés en 2002 par des investisseurs internationaux, la région devance pour la première fois l’Ile-de-France.


Rhône-Alpes devant l’Ile-de-France, une fois n’est pas coutume ! C’est pourtant le classement présenté hier par l’Agence française pour les investissements étrangers en France (AFII).

Parmi les vingt-deux régions françaises, Rhône-Alpes est celle qui a accueilli en 2002 les investissements étrangers les plus importants, soit quarante et un projets représentant quelque 4 068 emplois. La création à Crolles (Isère) du pôle de recherche et de développement par trois géants de la micro-électronique que sont Philips, Motorola et STMicroelectronics qui entraînera la création de 1 200 emplois, n’est pas anodine. C’est d’ailleurs le nombre d’emplois créés qui vaut aux Rhônalpins cette première place. Sa principale concurrente, malgré les 114 projets qui ont vu le jour l’an passé, ne totalisant « que » 3 924 emplois.

Ce classement est naturellement une bonne nouvelle pour la région. Surtout en cette période de morosité économique où les investissements étrangers, notamment américains, qui représentent le quart des investissements internationaux réalisés en France, ont tendance à reculer. Ils sont aujourd’hui revenus à leur niveau de 1999, soit un recul d’environ 25 %.

« La mobilisation des énergies a joué  »

Invitée hier par Clara Gaymard, présidente de l’AFII, pour évoquer l’importance du « marketing territorial » Anne-Marie Comparini, présidente (UDF) du conseil régional, a naturellement insisté sur les différentes politiques mises en place dans la région pour faire de Rhône-Alpes un lieu d’accueil privilégié des entreprises étrangères. Les efforts en matière de formation et de recherche étant, pour elle, essentiels. « Si Motorola a fait le choix de la France plutôt que Taïwan, c’est parce qu’il y avait ici une offre globale en matière de formation » a-t-elle indiqué.

Autre explication, selon elle, du succès de Rhône-Alpes, « la mobilisation des énergies ». « C’est une tache artisanale, les régions qui gagnent sont celles qui peuvent présenter des compétences humaines fortes, a affirmé Anne-Marie Comparini, pour qui cette première place est aussi le résultat de la volonté de l’exécutif régional « de ne pas s’éparpiller et de concentrer ses efforts » sur l’objectif de faire aux investisseurs la meilleure offre.

Pour elle la création d’un pôle spécialisé dans les biotechnologies à Lyon et un autre, à Grenoble, sur les nano-microtechnologies, en sont l’illustration.

Reste maintenant à confirmer cette place. La signature d’un partenariat entre Rhône-Alpes et l’AFII, qui se propose de jouer à l’étranger un rôle de « vigie » au service des collectivités, devrait faciliter à l’avenir l’action de la région dans la recherche d’investisseurs internationaux.

Présent lors de cette réunion, le Délégué à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (DATAR), Nicolas Jacquet, a évoqué les atouts de la région, notamment en matière d’infrastructures de transports. L’occasion pour Anne-Marie Comparini de rappeler le rôle que pourrait justement jouer, à ce titre là, la réalisation du TGV Lyon-Turin.

Source : LeProgres.fr

JéM
www.parigones.net
© Parigones - clabdesign