à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Réseau > Lyonnais connus
 

Jean-Michel Aulas, la force tranquille
 

Jean-Michel AULAS est devenu un des Lyonnais les plus connus en France. Mais le parcours ne s’est pas fait en un jour. Un bref survol de ses 15 dernières années réalisé par Sports24


En faisant match nul à Montpellier (1-1), Lyon est assuré de remporter son deuxième titre de champion de France d’affilée. Si le club en est là, il le doit à son président Jean-Michel Aulas. Un homme de pouvoir et d’influence qui s’est donné le temps pour réussir.

Aulas a pris son temps

A son arrivée en 1987, l’OL ne pesait pas bien lourd dans le microcosme du football français. Quinze ans après, Jean-Michel Aulas (53 ans) est à la tête du meilleur club de l’Hexagone, l’Olympique Lyonnais. Cette équipe, il l’a construite et ciselée au fil des années. Jamais, l’industriel de Lyon n’est allé plus vite que la musique.

Faire de l’OL un grand

Quand il prend en main les destinées de Lyon, le club est en Division 2. Pourtant, le nouveau président est optimiste. Très ambitieux même, puisqu’il veut faire de l’OL l’un des clubs qui compte. Son ambition ne tarde pas à se mettre en place. Les Gones remontent en Division 1 dès 1989 et disputent la Coupe de l’UEFA deux saisons plus tard. Un début honorable mais pas encore à la hauteur de ses espérances.

Pathé arrive

En fait, le tournant intervient en 1999 avec l’entrée de Pathé dans le giron de l’OL. Enfin, Aulas peut avoir les moyens de ses ambitions. Il achète Sonny Anderson pour 120 millions de francs (un record à l’époque). Le pari est risqué. Le Brésilien qui vient de passer deux saisons plus que difficiles à Barcelone ne déçoit pas et Lyon termine troisième du championnat pour la seconde fois d’affilée.

Un homme d’influence

Les succès aidant, Aulas devient de plus en plus influent. En juillet 2000, il est à l’origine du putsch qui évince Noël Le Graet de la présidence de la Ligue et place Gérard Bourgoin, un homme de paille, à la place du Breton. C’est un semi-échec puisque Bourgoin devient vite incontrôlable. Aulas le lâchera deux ans plus tard.

Roi de l’intox

Depuis Bernard Tapie, aucun président n’a fait autant couler d’encre. L’homme manie le verbe avec merveille, connaît le fonctionnement des médias et passe maître dans l’art de la déstabilisation et de l’intox. Au détour de petites phrases, il sait mettre le doigt là où ça fait mal. Cette année encore, le président de l’OL s’est plaint d’un calendrier jugé trop favorable à l’AS Monaco dans le sprint final...

L’OL gagne enfin

D’influent, Jean-Michel Aulas acquiert le statut de gagneur. Sur les trois dernières saisons, l’Olympique Lyonnais a remporté trois trophées. Une coupe de la Ligue en 2001 et les deux derniers titres de Champion de France. Reste maintenant à concrétiser tout ce travail avec des résultats en Coupe d’Europe.

Réussir sur le continent

C’est pour l’instant le seul bémol à la réussite lyonnaise. Mais Aulas connaît la solution. Juste après le match nul à Montpellier (1-1) mardi et en position de force, il déclarait sur le site officiel du club : « Il faut aussi que le Ministère des sports fasse en sorte que les clubs français aient la même possibilité que les grands clubs européens. A savoir un statut de société anonyme qui nous permettrait de lever des fonds et être l’égal demain des plus grands clubs européens. » Aulas ne perd pas le nord.

[Maxime Dupuis, Sport24.com]

Plus d’infos avec Sport24

Master OL
© Parigones - clabdesign