à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Divertissements > Arts Plastiques
 

IN FACT change de peau
 

IN FACT, collectif d’artistes guidé par Eric Perier, un Lyonnais de Paris, a dû quitter l’immeuble 51 rue de Chateaudun.


Les PariGones connaissent déjà IN FACT puisqu’Eric nous a permit d’organiser la première grande Nuit des Lyonnais de Paris le vendredi 20 juin dernier.

Le jeudi 31 Juillet à 7h00 sous la pression du propriétaire (les AGF), IN FACT a donc dû quitté cet immeuble devenu en 3 ans d’expériences un lieu clé de la création parisienne.

Durant ces 3 années, IN FACT a testé dans ce lieu un mécanisme original pour développer le potentiel créatif : le prêt d’ateliers à des artistes qui réalisent un projet, préparent une exposition et travaillent à la communication de leurs oeuvres.

De nombreux travaux ont ainsi pu rencontrer un public, averti, professionnel ou tout au moins intéressé. IN FACT a proposé la notion "d’incubation de culture", ou de "plate forme d’accès au marché".

Ainsi
- une centaine d’exposition, dont plusieurs en partenariat,
- une quarantaine de pièces de théâtre,
- de nombreuses performances,
- des projections,
- des tournages,
- des soirées,
- l’accueil de 400 artistes, de milliers de personnes, sans désordre, sans violence,
- des collaborations avec des associations et des artistes etrangers,
- le respect de la pensée qui accompagne toute action fut elle dite spontanée,
- le rapport à l’histoire,
- l’indépendance du discours et de la pratique ont fait d’IN FACT ce lieu si singulier et qui avait séduit les PariGones dans son choix de lieu d’événements.

IN FACT a donc été force de proposition sur les possibilités d’échanges entre des instances du corps social : initiative artistique (forme associative), institutions publiques de la culture, et institution financières.

IN FACT a figuré aux cotés de partenaires tout à fait officiels du monde de la culture, pour avoir permis à des spectacles et oeuvres de voir le jour ailleurs que dans l’univers confiné de "l’underground"...

IN FACT a proposé au ministère de la Culture, il y à 3 ans de les aider à définir des propositions concrètes aux A.G.F. en vue d’un prêt de l’immeuble pour une durée limitée.

Il y avait dans le projet :
- une association,
- un projet testé et fonctionnel,
- une instance publique,
- un propriétaire susceptible de mécéner,
- des contrats de prêt,
- des possibilités de réfléchir à des defiscalisations et à des agencements contractuels.

Ainsi IN FACT, qui a articulé sa pratique sur la notion d’espace de travail à dû toutefois certifier que les locaux seraient d’abord des locaux d’habitation. C’est la première initiative artistique qui ait parlé exclusivement en terme d’espace de travail, et décliné une organisation en fonction des besoins liés au travail :
- accueil en résidence d’artistes sur dossier et projet,
- fermeture des ateliers au public,
- accueil du public à heures fixes, et sur rendez vous.

Par la suite tous les lieux qui se sont ouverts dans ces conditions ont utilisé le modèle ainsi testé, avec des modalités selon les espaces et leur localisation, comme à la rue de Rivoli, où le côté très passant de la rue a naturellement ouvert le lieu à un large public quotidien.

Mais le pas à franchir était important pour la validation de ce concept et demandait des investissements en terme de réflexion, de la part du ministère de la Culture, en particulier de la Délégation aux arts plastiques.

L’initiative d’IN FACT s’inscrivait donc dans un contexte historique, mental et culturel complexe qui a généré les difficultés rencontrées. Ainsi les tentatives pour moduler ce concept, en le distinguant d’autres problématiques, en particulier artistiques, ont rencontré de nombreux obstacles.

Toutefois les effets se sont fait sentir, d’abord dans la qualité des travaux présentés, puis dans la presse, où des efforts langagiers ont été fait pour sortir de l’imagerie d’Epinal, dans le rapport au monde professionnel qui s’est déplacé rue de Chateaudun, et dans les relations avec le public, qui s’est largement diversifié.

IN FACT n’a donc pas pu entraîner un soutien réel des institutions de la culture, malgré des contacts suivis, des analyse du corps intellectuel affilié - spécialistes du marché de l’Art, sociologues des pratiques artistiques, etc. Sans le concours d’une institution reconnue, il leur a été difficile d’engager une discussion avec le propriétaire, qui a été tenu informé en permanence de la richesse des activités d’IN FACT, en particulier sa direction du mécénat.

IN FACT poursuit sa route dans d’autres lieux à définir. Avec un groupe compact et motivé à poursuivre les travaux, ainsi qu’un large public prêt à suivre. IN FACT reviendra à la rentrée avec de nouvelles propositions pour explorer les possibilités perceptives et intellectuelles.

IN FACT remercie les personnes les ayant soutenues. Si vous avez des remarques ou des suggestions, n’hésitez pas à les contacter (cf. ci-dessous). Vous recevrez en retour un bilan plus précis et imagé des 4 ans de l’expérience IN FACT au 51 rue de Chateaudun.

Les coordonnées :

Eric Perrier.
- Tel : 06 13 35 93 49
- Mel : infact_50@yahoo.fr

JéM
www.parigones.net
© Parigones - clabdesign