à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Esprit > Littérature
 

Prix Littéraire "Plum’Adely"
 

La Plum’Adély est un prix littéraire qui a pour vocation de récompenser chaque année un décideur d’entreprise (dirigeant, cadre supérieur ou de profession libérale) pour un roman ou un recueil de nouvelles.


Le lauréat est désigné par un Comité de Lecture composé cette année de 17 personnes.

Une soirée débat entre les auteurs et le Comité de Lecture aura lieu le 28 Novembre à 19H30.
- Pour vous inscire, envoyez un mail aux PariGones

Le prix sera remis le jeudi 29 Janvier 2004 au Park Hyatt Paris Vendôme.
- Pour vous inscire, envoyez un mail aux PariGones

Nous vous proposons également de lire les ouvrages nominés et envoyer vos appréciations aux PariGones pour qu’elles soients publiées sur le site et transmises au comité de lecture.

Les ouvrages nominés

La course au tigre - Emmanuel Pierrat

Le Dilettante - mars 2003

La chair nivernaise s’est fait triste, hélas, et j’ai lu bien des livres " maugrée Bastien Sentiment, notaire. D’où nécessité de fuir " là-bas ". Et ce " là-bas ", c’est l’Inde. L’Inde, spacieux parc aux tigres où pour assouvir son érotique fringale de grosses prises, il atterrit à Calcutta sur Bengale, en plein hourvari politique et s’implante au Great Eastern Hotel ( concierge Monsieur Sanjiv, dit le Manchot). Immergé dans la ville, le voilà qui hume, palpe, mastique, s’imprègne, quand sort des eaux gangéennes la terrible Shatee, divinité locale de l’indiano-bolchévisme, seule source possible de permis de chasse, avec laquelle il fusionne au fil de moult galipettes tantriques hautement sculpturales. Les amants randonnent en ville, de zoo en meeting, quand survient l’atroce nouvelle : exclu le permis de chasse et fusils mis sous équestre. Seul le mariage déverrouillera cela, croit-il un moment. Que nenni, car l’Etat s’en mêle.

- Emmanuel Pierrat est avocat au barreau de Paris et dirige un cabinet spécialisé en droit de la propriété intellectuelle. Passionné par la littérature, l’histoire des mœurs et de la censure, il a également publié un essai, Le sexe et la loi ( réédité à la Musardine). Après s’être lancé dans le grand bain de la fiction avec Histoire d’eaux ( Le Dilletante, 2002), Emmanuel Pierrat récidive.


La treizième cible - Arnauld Pontier

Actes Sud - mai 2003

Deux territoires du colonialisme français dressent le décor de ce roman. D’abord le Viêtnam, où le narrateur passe l’essentiel de son enfance. Puis, à l’adolescence, après la chute de Diên Biên Phu, l’Algérie, où lui-même et les siens tentent de prendre un " nouveau départ ". Car d’un lieu à l’autre se reforme bientôt la même petite société d’expatriés qu’unissent l’amertume d’une position perdue, la farouche volonté de réenraciner, et le dévouement au service plus ou moins occulte de l’Etat français. Mais ce livre, c’est aussi l’histoire d’un fils subissant avec stupeur la violence et les crises éthyliques de son père, dont la brutalité peu à peu le libère du sentiment filial, plaçant son destin sous le signe d’une haine presque mimétique - impatiente de s’accomplir quand viendra l’heure de " faire son devoir ".

- Arnauld Pontier vit à Montreuil. Il dirige depuis plus de dix ans les éditions Paris Musées. Il est déjà l’auteur de la Fête impériale.


Le couloir de la pieuvre - Olivier Descosse

Stock - juillet 2003

Iles de Porquerolles : un cadavre, dévoré par les crabes, est découvert sur une plage. La disparition soudaine du corps après l’autopsie brouille les cartes. Par fidélité au passé, un homme et une femme vont chercher à savoir. Paul Babrera, un flic marseillais aux allures de loubard, et Meredith O’Brien, sœur de la victime et psychanalyste américaine. Tout les oppose. Des cités de Marseille aux couloirs feutrés du pouvoir parisien, de Tahiti aux langues de sable des atolls oubliés, les vérités vont surgir une à une, dérangeantes, terrifiantes. Olivier Descosse nous plonge dans un univers violent, d’un réalisme à couper le souffle.

- Olivier Descosse est Avocat


Les vautours blancs - Jean Jacques Roche

Stock - avril 2003

Il est médecin dans un camp de réfugiés au Congo-Brazzaville. Elle est en fuite dans la forêt équatoriale. Il a des doutes sur le désintéressement affiché de l’organisation humanitaire qui l’emploie. Plusieurs femmes sont déjà mortes dans des conditions mystérieuses. Il est obligé de l’utiliser comme appât. Sur un continent où plane l’ombre des vautours blancs, où la vie a si peu de valeur, ils devront apprendre à se faire confiance pour affronter les nouveaux seigneurs de la guerre et avoir une chance de survivre. Le premier thriller humanitaire qui met en scène l’univers caché des grandes causes.

- Jean-Jacques Roche est professeur de Relations Internationales à l’université paris II où il dirige l’Institut Supérieur de l’Armement et de la Défense. Les vautours blancs est son 4ième roman.


L’or des Maures - Jacques Mazeau

JC Lattès - déc 2002

Prévenu par l’un de ses amis guides de montagne qu’un couple vient de disparaître dans les gorges de Kakouetta, proches d’Oloron-Sainte-Marie, Michel, inspecteur chargé des affaires spéciales à la PJ, sollicite à nouveau l’aide de Muriel, sa complice, chercheuse à l’unité de parapsychologie de Toulouse. Déjà, en 1938, un radiesthésiste s’était volatilisé à cet endroit. En 1967, une équipe de spéléologues munie d’instruments scientifiques sophistiqués s’était, elle aussi, évaporée dans un autre aven de la région. Le jour même où un tremblement de terre détruisait le village d’Arette, tout proche ! Enfin en 1980, un groupe de jeunes s’était égaré, sans laisser de traces, dans les nombreux boyaux parcourant les flancs de la montagne…. Des disparitions d’autant plus troublantes qu’elles seraient liées à une singulière légende pyrénéenne selon laquelle, il y a douze siècles, un trésor inestimable aurait été déposé dans une grotte par les Maures, alors qu’il envahissaient la France… De quoi exciter la curiosité de nos deux enquêteurs surtout lorsqu’ils apprennent que, pour les ésotéristes, ce trésor, déjà évoqué par Nostradamus, serait l’héritage de nos lointains ancêtres de l’espace.

- Journaliste, consultant international en communication, Jacques Mazeau est l’auteur de nombreux romans à succès dont La ferme d’en bas et La malédiction de Bellary, transposé en BD, ainsi que de quatre romans adaptés pour la télévision.


Martin Roi - François Prunier

Stock - août 2003

Le programme de français comporte cette année la lecture de Kessel, et notamment de Belle de jour. Le professeur organise une sortie dans un vieux cinéma qui affiche l’adaptation qu’en a tirée Bunuel. Tous sont captivés. Par l’intrigue. Comme par les personnages. L’un deux porte un costume noir étriqué, une chemise blanche, une cravate noire, un chapeau noir conforme aux usages de l’époque. Il est chétif mais d’aspect sévère. Ses cheveux courts sont impeccablement coiffés, collés et luisants de laque. Sa moustache étroite est parfaitement taillée. Sa voix et ses gestes sont cecs. Ses joues sont creuses. Il porte de petites lunettes rondes. Lorsqu’il est seul avec une prostituée, il se métamorphose. Il se traîne à genoux, il rampe, il supplie " Madame la Comtesse " de la battre et de l’humilier. Toute la classe rit. Personne ne remarque la pâleur et la crispation du visage de Martin lorsque les lumières s’allument tandis que le générique défile.

- François Prunier est né en 1968 à Maisons-Alfort. Premier roman.


Mystère à Zarzis - Bernard Giroux

Albin Michel - avril 2003

Que se passe-t-il au club Sangho de Zarzis où, comme d’habitude, la fine fleur du journalisme parisien est venue en vacances ? Pourquoi des vols et des meurtres dans un pays réputé pour son calme et sa sécurité ? Et à quels étranges rituels s’adonnent les membres du club des " dattes " ? Pour le commissaire tunisien Amar Sehili, les surprises vont se succéder et bien des réponses risquent de demeurer sur les bords de la Seine.

- Bernard Giroux, qui n’ignore rien du monde parisien de la communication, mêle avec bonheur et humour, fiction et personnages réels pour faire découvrir un pays qu’il aime et jouer les détectives d’un été.

JéM
www.parigones.net
© Parigones - clabdesign