à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Esprit > Société
 

La communauté juive de Lyon se mobilise
 

Dimanche, la communauté juive a invité Dominique Versini - secrétaire d’Etat à la Lutte contre la précarité et l’exclusion - ainsi que Nissim Zvili l’ambassadeur d’Israël en France - pour le lancement de l’Appel national pour la Tsédaka 2003.


L’Appel national pour la tsédaka 2003 se situe dans le cadre de la journée nationale de solidarité organisée par le Fonds social juif unifié en collaboration avec plusieurs autres associations communautaires. Cette manifestation a pour vocation première de récolter des fonds afin de venir en aide aux familles juives en difficulté.

Dominique Versinia annoncé que son ministère lancerait l’an prochain « une campagne nationale de mobilisation citoyenne pour que les gens connaissent leurs droits et que se sente concerné l’ensemble du corps social ». Après avoir rappellé les principes de la loi votée en mars dernier contre l’exclusion.

La ministre a rappellé les propos de Jacques Chirac sur la « la condamnation solennelle par le gouvernement des actes antisémites perpétrés ces derniers temps » soulignant que « chaque fois que la communauté juive est atteinte c’est la France qui est atteinte et la République bafouée ».

En début d’après-midi, Nissim Zvili s’ést adressé aux plusieurs centaines de juifs de Rhône-Alpes rassemblés au Palais des congrès. Il pratiqua une défense vigoureuse de la politique de Sharon à l’égard des Palestiniens et une condamnation des positions européennes et notamment françaises.

L’ambassadeur eut ensuite des mots plus verts sur Yasser Arafat dont « il faut neutraliser l’influence politique dans les négociations avec Israël » en demandant l’application de la feuille de route « mot pour mot ».

Après avoir regretté qu’il n’y ait pas « de ligne politique commune entre les USA et l’Europe », il rejeta le lien fait entre le conflit du proche orient et le terrorisme international : « Si demain le conflit israélo palestinien est résolu, il n’y aura pas la fin du terrorisme ». Il reçut des applaudissements polis.

JéM
www.parigones.net
© Parigones - clabdesign