à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Esprit > Economie
 

L’axe Lyon-Turin fait sa pub
 

Le projet a donné naissance à la création d’une société binationale, LTF pour Lyon Turin Ferroviaire, détenue à 50-50 par les sociétés Réseau Ferré de France et Retie Ferroviaria Italiana. Elle publie un intéressant site web.


Les principaux enjeux de cette nouvelle liaison sont de favoriser la libre circulation des hommes et des marchandises et d’améliorer les liaisons sur le continent européen en permettant le rééquilibrage du trafic de la route vers le rail.

Lyon-Turin, posirtionné comme un moteur du développement européen

La ligne ferroviaire à grande vitesse Lyon - Turin est située au centre des axes de liaison entre le nord et le sud et entre l’est et l’ouest de l’Europe. Elle constitue un maillon-clé dans le cadre du développement d’un réseau ferroviaire transeuropéen. Au niveau régional, la nouvelle ligne améliorera les relations et les échanges entre deux grands bassins économiques : l’Italie du Nord - plaine du Pô et les Alpes du Nord - Vallée du Rhône en France.

Pour réduire les nuisances de la route

Alors qu’en 1970 les trois quarts du trafic transalpin de marchandises étaient effectués par le train, aujourd’hui c’est la route qui en absorbe les deux tiers. Plus que jamais, dans un contexte où l’économie et l’écologie vont de pair, le train constitue donc un instrument de développement privilégié : plus de trains sur les rails, c’est moins de camions sur les routes.

L’établissement de nouvelles liaisons ferroviaires permet des échanges plus sûrs et moins polluants. L’objectif des États français et italien est d’opérer, grâce la nouvelle liaison, un transfert massif du trafic marchandises de la route vers le rail. Ce d’autant qu’à l’horizon 2015, selon de nombreuses projections, les infrastructures routières et ferroviaires existantes seront saturées. Le report du trafic de la route vers le rail permettra de passer de 10 millions de tonnes de marchandises transportées actuellement chaque année par le train, à 40 millions de tonnes à l’horizon 2020 (par fret classique, transport combiné et « autoroute ferroviaire », technique qui permet de charger des camions complets - tracteurs + remorques - sur des wagons spéciaux).

Toutes les autres informations sont sur leur site : LTF-SAS.COM

JéM
www.parigones.net
© Parigones - clabdesign