à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Réseau > Lyonnais connus
 

Eric-Emmanuel Schmitt
 

L’auteur lyonnais a quitté son nid bruxellois pour revenir sur ses terres natales et recevoir le week-end pascal le Grand Prix de la Société des Ecrivains Lyonnais et de Rhône-Alpes.


" Etre de Lyon, c’est être de partout ! "

Lorsque Eric-Emmanuel Schmitt évoque ses terres natales, on ne sent pas chez lui de réelle appartenance… Comme si ce dernier assimilait la scène des vingt premières années de sa vie à un détail avec des propos tels que « Si il y a des écrivains nés à Lyon, il n’y a pas d’écrivains lyonnais  ».

Drôle de façon d’assumer son naissance dans la Capitale des Gaules. Portant l’écrivain était ce jour-là plutôt en milieu conquis lorsque Patrice Beghain, l’adjoint au maire délégué à la culture, lui assura que « son siège à l’Académie Française était déjà réservé ! ». Ce qui n’est pas loin de la vérité puisqu’il a reçu en juillet 2001 le Grand Prix du Théâtre de l’académie pour l’ensemble de son œuvre.

Né à Sainte-Foy-Les-Lyon au début des années 60, EES a depuis développé deux versions de son amour pour l’écriture. L’une à destination des ses interlocuteurs nationaux et une autre plus locale. La première - tirée de sa bio officielle - serait due à un voyage dans le désert du Hoggar à l’adolescence où il aurait vécu une expérience unique…

Quant à la version lyonnaise, elle émanerait d’une représentation de Cyrano de Bergerac aux Célestins où, à l’issu du spectacle, il aurait déclamé à sa mère l’envie d’écrire pour le théâtre. Sa première pièce écrite à l’âge de 16 ans « Grégoire ou pourquoi les petit pois sont-ils vert ? » présente la caractéristique d’être une satyre de l’éducation sexuelle.

Le fait d’avoir été le seul garçon de sa classe au lycée Saint-Just est-elle la seule explication à sa prose ? Fils de professeurs d’Education Physique, il a dès le départ pris ses parents à contre-pieds en privilégiant la tête aux jambes et en se consacrant à des études de philosophie. Ce qui se retrouve d’ailleurs au fil de son œuvre avec comme fil conducteur le libertinage avec plus ou moins succès (cf le désastreux : « Le Libertin »).

Il se spécialisera par la suite sur les rapports hommes-femmes (Petits crimes conjugaux). Cette dualité se retrouve aussi dans sa carrière en conciliant les activités d’auteur dramatique et de romancier.

Personnage plutôt secret, l’auteur se livre peu sur sa vie privée et fuit les mondanités en se retranchant à Bruxelles. « Je suis très flatté de cette reconnaissance du fait de sa provenance géographique  » déclara-t-il pour conclure la réception.

Faut-il y voir un zeste de nostalgie de ses terres natales ou EES est-il un garçon bien élevé ?

Et le cinéma fut

Récemment on a également l’oeuvre de EES reconnue grâce au film Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran, adaptation d’un court livre d’ Eric-Emmanuel Schmitt, paru en 2001, deuxième volet d’une trilogie intitulée "De l’invisible" et qui succède à un premier opus baptisé Milarepa. L’auteur qui définit son histoire comme "une fable, une leçon de vie, un voyage initiatique" a également écrit l’adaptation de son propre ouvrage de concert avec François Dupeyron.

Lorsqu’il a écrit Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran, l’écrivain Eric-Emmanuel Schmitt s’est souvenu de son grand-père. "Il n’était pas épicier, ni musulman, mais c’était un homme immobile. Il était sertisseur, explique l’homme de lettres, il avait la parole toujours signifiante, même ses silences en disaient long". C’est cet équilibre entre souciance et simplicité que Schmitt et François Dupeyron ont voulu retranscrir à l’écran.


SA BIOGRAPHIE

Eric-Emmanuel Schmitt, fils de professeurs d’éducation physique, a préféré les études littéraires au sport. Diplômé de l’Ecole Normale Supérieure d’Ulm et agrégé de philosophie en 1983, ce passionné de littérature et de musique partage son temps entre ses cours de philosophie et de multiples lectures.

C’est après un voyage dans le désert du Hoggar, où l’auteur a vécu une expérience unique, qu’il se met à écrire. En 1991, sa première pièce, La Nuit des Valognes, rencontre un succès immédiat. Eric-Emmanuel Schmitt s’impose comme un auteur à succès en 1993 avec Le Visiteur, rencontre improbable entre Freud et Dieu. Cette pièce remporte trois Molières en 1994.

Huit pièces suivent et la majorité sont de franches réussites, dont Monsieur Brahim et les fleurs du Coran ou Petits crimes entre amis. La plupart des pièces sont adaptées à l’étranger, la renommée de l’auteur est internationale. Il voit même ses oeuvres transposées au cinéma. Jean-Paul Belmondo avec Frédérick ou le Boulevard du Crime, Alain Delon avec Variations Enigmatiques, Omar Sharif notamment prennent à coeur de jouer ses rôles.

Eric-Emmanuel Schmitt a également collaboré au scénario de Temps de chien de Jean Marboeuf et adapté Le Libertin d’après sa propre pièce de théâtre avec la complicité de Gabriel Aghion.

Depuis 1997 et un essai sur Diderot, Schmitt écrit des romans, La Secte des égoïstes et L’Evangile selon Pilate rencontrent une excellente critique. Il a également traduit des opéras lyriques.

Récompensé par l’Académie Française en juillet 2001 avec le Grand Prix du théâtre, pour l’ensemble de son oeuvre, Eric-Emmanuel Schmitt est l’auteur du théâtre contemporain du moment.


Merci au site LyonPeople.com, N°1 de l’actu people sur la région lyonnaise pour la source de cet article ainsi que AlloCine.com pour les anecdotes cinématographiques.

JéM
www.parigones.net
© Parigones - clabdesign