à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Esprit > Littérature
 

Les Oeufs, Chroniques de la vie ordinaire en entreprise
 

Depuis Beigbeder, le délit d’initié n’est plus un concept réservé à la finance : sa peinture de la publicité fut aussi violente que son départ de l’agence. Egalement observateur privilégié de l’entreprise, Charles Gancel est à la fois plus subtil et plus incisif.


Le battement d’aile du papillon

Le recueil de nouvelles "Les Oeufs" fonctionne comme un kaléidoscope de neuf histoires courtes et intenses vues par les yeux de neuf personnages différents. Chacun connaîtra son aveu d’impuissance : à force d’être sollicités, les freins lâchent et la conduite en roue libre s’enclenche jusqu’au coup de volant final.

C’est que la maîtrise de soi est fragile : le "délicat chuchotement des gens riches et puissants" est facilement perturbé. Charles Gancel prend plaisir à épingler délicatement et cruellement les présidents-papillons dont il a suivi longtemps les battements d’ailes frénétiques.

Les publicitaires volume II

Mais l’auteur s’intéresse à d’autres espèces aussi comme les publicitaires. Déjà lu ? Pas ça ! Dans "Demi-cuit", il renouvelle le genre : "C’est pour cela que Louis-Paul aimait les publicitaires.

Pour cette façon inégale de parler longtemps et en détail d’à peu près n’importe quoi, de se situer toujours avec mesure entre les couches-culottes et le Collège de France, de marier en une phrase le yoghourt et la sémiologie, de vous faire osciller comme un pendule ivre de mots entre Félix Potin et Jean de la Croix.

Il y avait, chez ces cardinaux du linéaire et de la tête de gondole, quelque chose qui touchait Louis-Paul, une faille, un regret voilé, mais perceptible, celui d’être pour toujours ordonné à la pesanteur du commerce quand on ne voit, de soi, que la transparence et la grâce d’une pensée ciselée".

Une écriture qui n’assomme pas et se savoure comme un vin rare. A déguster d’urgence avant de déconnecter de tout ça pour les vacances.

Charles Gancel

Les Œufs
- Editions Buchet Chastel
- 13 euros

Sophie B.
Auteur dramatique
© Parigones - clabdesign