à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Esprit > Economie
 

Lyon-Turin, lancement de l’avant projet
 

Le 5 mai dernier la France et l’Italie signaient un Memorandum d’entente sur la réalisation de la liaison ferroviaire Lyon-Turin. Un acte fort qui vient d’être matérialisé par le lancement officiel de l’avant projet de référence (APR) de la section internationale intégrant notamment le tunnel de base de 53 km.


Le but de l’APR est d’affiner le projet de la section internationale, sur tous les plans, avant la phase opérationnelle

LTF, Lyon Turin Ferroviaire, filiale de RFF et son homologue transalpin RFI, assure la maîtrise d’ouvrage de cette section internationale entre Saint-Jean-de-Maurienne et Bruzolo dont le coût estimé est de 6,7 milliards d’euros.

L’avant projet de référence a pour but d’approfondir le projet sur l’ensemble de ses aspects grâce à des études fonctionnelles (exploitation, maintenance, sécurité), techniques (génie civil, géologie, équipements, environnement).

Cette étape qui doit s’achever en 2006 doit permettre aux Etats de se prononcer ensuite en toute connaissance de cause et d’éviter les dérives qui ont marqué la réalisation du tunnel sous la Manche.

A l’issue de cet APR, la phase opérationnelle pourra être officiellement lancée, mais on sera encore loin du premier coup de pioche qui doit être donné au plus tard, avant 2010 pour que l’Union européenne apporte sa contribution financière.

"La dépense est de 12,5 milliards d’euros partagés à peu près 50/50 entre la France et l’Italie, c’est-à-dire que pour l’Italie, c’est un point de produit intérieur brut", a déclaré le président du Conseil italien lors de la cérémonie à l’hôtel Matignon. "C’est une grande félicité qu’après treize réunions de travail on soit arrivé à signer ce document qui donne la possibilité aux deux pays de commencer à travailler concrètement."

"Nous avons défini les moyens financiers et les procédures pour réaliser ce grand projet", a précisé le Premier ministre français, Jean-Pierre Raffarin. Ce projet passe par la construction d’un tunnel de 52 kilomètres sous les Alpes, dont le coût sera supporté à 37% par la France et 63% par l’Italie. La nouvelle liaison devrait être opérationnelle à l’horizon 2015.

Dans le mémorandum signé mercredi par les ministres des Transports des deux pays, la France et l’Italie rappellent avoir "sollicité de l’Union européenne une subvention de 20% des travaux de la section internationale allant de l’ouest du massif de la Chartreuse jusqu’au noeud de Turin. L’obtention de cette subvention conditionne l’engagement effectif des travaux".

L’accord initial lançant ce projet franco-italien avait été signé le 29 janvier 2001 à Turin, afin de "rééquilibrer l’offre relative aux modes de transport entre le rail et la route" à travers les Alpes.

Prié de dire si la situation de la compagnie aérienne italienne Alitalia avait été évoquée lors de sa rencontre avec le chef du gouvernement italien, Jean-Pierre Raffarin a répondu : "On a parlé de tous les grands projets industriels, et aussi de ça". Le président du nouveau groupe Air France-KLM, Jean-Cyril Spinetta, a déclaré qu’il était ouvert à une alliance avec Alitalia, qui est au bord de la faillite, si la compagnie italienne parvenait à régler ses problèmes financiers. Air France-KLM fait de la privatisation d’Alitalia un préalable pour une éventuelle alliance.

JéM
www.parigones.net
© Parigones - clabdesign