à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Esprit > Littérature
 

Des Lyonnais de Paris vus par Marc Lambron
 

L’écrivain lyonnais Marc LAMBRON nous revient avec un roman intitulé Les Menteurs publié aux editions Grasset. En 1975, Pierre, Claire et Karine étaient réunis dans une hypokhâgne de Lyon. Trente ans plus tard, ils se retrouvent à Paris. Ce livre est finalement l’histoire de Lyonnais de Paris. Donc à ne manquer sous aucun prétexte !


Bien sûr, ils ont changé. Bien sûr, une part de leur vie s’est jouée. Bien sûr, chacun à leur manière, ces rejetons nés avec la Ve République ont traversé la vie en tentant d’y faire leur place.

Mais au fond, qu’ont-ils fait de leurs jours ? Comment ces trois jeunes figures d’intellectuels - deux normaliens et une journaliste - se sont-ils inscrits dans leur époque, marquée par le passage de la pensée structuraliste au tout médiatique, de l’analyse du pouvoir à la tyrannie des images, de la grande pensée française à l’américanisation globale du petit écran, du temps de la critique à celui de la consommation ironique des produits culturels ?

Entre les arcanes du pouvoir politique et mondain qu’aura désirées Pierre, le monde universitaire dans lequel se sera enfermée Claire et l’univers frivole de la presse féminine dans lequel Karine sera tombée un peu par hasard - par défaut oserait-on dire -, ces trois silhouettes de la bourgeoisie éclairée auront choisi autant que subi leur destin.

Dans ce beau roman où alternent les autobiographies lucide des trois acteurs de cette comédie de mœurs bien française, Marc Lambron nous propose moins une fiction nostalgique d’ancien combattant qu’une photo de classe passée au tamis des souvenirs. Une belle réussite, qui frappe par son aptitude à exhumer la vérité charnelle de trois « menteurs » otages de leur temps.


La lettre d’intention de l’auteur

Depuis dix ans, j’ai tenté de parcourir à travers fictions et chroniques le siècle où j’étais né. J’arrive à la fin de ce cycle avec un roman qui n’est plus celui de la mémoire imaginée, mais des souvenirs recomposés : 1974-2004, trois décennies qui ont conduit de l’adolescence à l’âge d’homme les enfants nés au début de la V° République.

Les Menteurs est l’histoire d’une photo de classe. En 1975, Claire, Karine et Pierre se côtoyaient sur les bancs d’une hypokhâgne lyonnaise. Presque trente ans plus tard, ils se retrouvent. A travers trois simulacres d’autobiographie, sans cesse entrecroisés et mis en regard, ces petits poissons racontent leur bocal ; l’université et la presse, la politique et la mode, la télévision et le sexe.

Entre une révolution impossible et une apocalypse redoutée, les fils de la parenthèse enchantée ont vécu en otages des passions qu’ils dénoncent. Bulles de savon d’une comédie française, ils ont traversé la guerre civile qui oppose l’amnésie et le sens, la cupidité et la culture, les hommes et les femmes. On commence avec le structuralisme et l’on finit avec les sitcoms : trente ans pour rien ?

Toute vie est un gâchis, c’est entendu. Notre sincérité est toujours celle du témoin abusé : il n’y a pas de bonne version, seulement des interprétations. Tyran des reflets, de l’époque, de la mémoire, le mensonge embrasse la vérité comme le silence renvoie au langage. Etrangers à nous-mêmes en croyant nous connaître, nous vivons proches des autres en partageant cette imposture. Mais dans le lent évanouissement des illusions et des intransigeances, il y a place pour une probité. Quand les mensonges ont brûlé sur le bûcher du temps, les cendres disent la vérité. En les dispersant au vent des mots, j’ai rêvé d’un gai savoir. »

Marc Lambron


Les Extraits

Moi, j’ai pris le tournant à ma façon. Je suis une collabo de la vie. Les shiteux à la Edouard étaient totalement hors jeu, j’avais assez fait la Carmen avec mon espagnol bifide. Si je rentrais à Paris, mais ce serait pareil à Londres ou à New York, j’allais devoir me fader des super-comptables tombant la chemise devant les écrans d’ordinateur à l’heure des marchés. Des types qui placent leur virilité dans des calculettes, est-ce que ça peut nous faire rêver ? Oui, si le rêve se compte en nuit de grands hôtels avec jacarandas au bord de la piscine, belles bagnoles à la sortie du restaurant, jolies robes magiquement sorties d’une carte Visa Gold. Mais l’amour des cocotiers suffit-il à remplir une existence ? Etais-je partie pour une vie de femme de colon en ville, l’équivalent des épouses de planteurs qui s’emmerdaient en 1952 au bord de la piscine du Club sportif de Saïgon, en version revue et corrigée par les petites brokers de JP Morgan ? Ces vies où l’homme gagne par ambition de l’argent que la femme dépense par désespoir ?


La bio

De profil littéraire, Marc Lambron étudie à Normale Sup, à l’IEP, l’ENA et passe l’agrégation de Lettres.

Il devient par la suite critique littéraire au Point en 1986 et à Madame Figaro en 1990. Il siège aujourd’hui au Conseil d’Etat et écrit.

Ses romans les plus connus sont "L’étranger dans la nuit" et "L’oeil du silence" pour lequel il obtient le prix Femina en 1993.


La fiche du livre

Les Menteurs
Auteur : Marc Lambron
Langue : Français
Éditeur : Grasset
Date de publication : 25 août 2004
Format : Broché - 334 pages
ISBN : 224667381X
Dimensions (en cm) : 14 x 2 x 23
Prix : 18,05 euros sur FNAC.COM

JéM
www.parigones.net
© Parigones - clabdesign