à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Divertissements > Musique & Concerts
 

Anne Gastinel, l’interview
 

Elle est douée et a du caractère. Anne Gastinel est violoncelliste mais la Lyonnaise est également devenue globe-trotteuse à force de succès : Hong-Kong, Milan, New-York. Les Parigones ont eu la chance de la retenir quelques instants lors d’un passage à Paris. Elles nous livrent ses réponses aux fameuses "10 questions".



- 1. Comment vous appelez-vous ou comment aimez-vous le plus qu’on vous appelle ?

Je m’appelle Anne Gastinel mais mon surnom est La Gastinelette. Il m’a été donné par un ami et il m’est resté. C’est moi. Cela me correspond bien..

- 2. Où êtes-vous né ?

Je suis à né ... dans la banlieue lyonnaise à Tassin.

- 3. Quel est votre souvenir le touchant de ou dans la ville de Lyon ?

La Place de Jacobins. C’est là où j’ai rencontré l’hômme de ma vie. Il m’avait vu à la télé. Il m’avait écrit. Après une émission de télévision, on reçoit beaucoup de courrier mais j’avais beaucoup aimé le contenu de sa lettre. Nous avons correspondu pendant deux mois. C’est un grand mélomane et puis au bout de deux mois, j’ai craqué et j’ai eu envie de le rencontrer. A l’époque, j’habitais à Paris alors je suis venu à Lyon spécialement pour le rencontrer. Cela s’est passé Place des Jacobins et je me souviendrai toujours de ce moment et de cet endroit là.

- 4. Où vivez-vous en ce moment ?

Je vis à Fourvière sur la colline qui prie.

- 5. Qu’est-ce qui vous caractérise le mieux aujourd’hui ?

La maîtrise. J’aime pouvoir tout maîtriser. Mais je suis aussi attaché à une autre valeur : la fidélité. La fidélité en amour mais aussi en amitié. Maîtrise et fidélité me caractérisent particulièrement bien.

- 6. Qu’est-ce que vous faites dans la vie ?

La réponse traditionnelle est naturellement "Je suis musicienne". Mais la perception de cette activité est la vie de bohème. On pense généralement que les artistes vivent dans un autre monde. En fait, pas du tout. La vérité est qu’il faut avoir une vraie hygiène de vie. Les artistes vivent dans une position de fragilité permanente. Il est donc nécessaire d’avoir un réel ancrage dans le sol. Sinon, on se perd très vite car on vit des choses extrèmes, on est hyper-sensibilisés. Cette auto-discipline doit être permanente. Nous devons arriver à créer une balance. C’est le défi paradoxal de la condition d’artiste : trouver un équilibre entre l’émotionnel et le rationnel.

- 7. Quel est l’événement le plus important que vous voyez vous arriver dans les jours, semaines ou mois à venir ?

Nous projetons avec mon mari d’avoir un second enfant. C’est un événement à provoquer et en quelque sorte à programmer si cela est possible compte tenu de la difficulté du calendrier previsionnel des représentations qui sont prévues au moins 6 mois à l’avance.

- 8. Quel est l’artiste ou l’art qui vous touche le plus ?

La musique naturellement. Et surtout, Yoyo MA, le violoncelliste américain. Je suis fan de cet artiste depuis 20 ans. Et puis la chanteuse Barbara. Cette femme était une écorchée vive. Elle a écrit des choses sublissimes. Elle s’est plongée dans son art sans retenue. On l’avait l’impression qu’elle y allait comme une nécessité.

- 9. Avez-vous une question à poser aux PariGones ?

Quand et pourquoi les Lyonnais de Paris se sont-ils créés ?

Réponse : En 2002, pour accroître la notoriété de Lyon et des Lyonnais et casser la fausse image qui perdure qui pèsent sur eux : une ville bourgeoise et des gens fermés. Donc nous avons à coeur de démontrer le dynamisme, le talent et l’ouverture d’esprit des Lyonnais. Et puis notre vocation est aussi d’animer la communauté des Lyonnais de Paris.

- 10. Quelle serait votre dernière volonté pour le bien de l’humanité ou de la société ?

Que l’honneteté soit partout. Si les gens avait une conscience du côté positif de l’honneteté dans leur démarche, dans leur vie quotidienne. Je pense que c’est la qualité essentielle pour une personne. L’honneteté généralisée changerait la face du monde. Car de l’honneteté découlent la tolérance et l’absence de conflits et d’envie de vengeance. Si les hommes acceptaient un peu plus souvent de dire "Je me suis trompé" même pour des choses toutes simples, cela changerait tout.

- Merci Anne de nous avoir accordé cet interview et à bientôt.

JéM
www.parigones.net
© Parigones - clabdesign