à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Divertissements > Soirées
 

Les illuminations du 8 décembre à Paris
 

Nous l’avons fait. Les Lyonnais de Paris ont "illuminé" le ciel de la capitale ...


Tout était minutieusement préparé car il fallait agir vite et bien pour passer entre les rondes des voitures de police très fréquentes à cette heure là sur les quais du 10ème.

Nous sommes arrivés un à un à partir de 21 heures comme un commando.

Je suis le premier à investir la passerelle ciblée.

Dans mon sac :

- 75 bougies,

- 60 verres,

- 5 briquets,

- 2 fumigènes,

- 2 torches,

- 1 drapeau de Lyon,

- La bâche des PariGones.

A 21 heures 2, Laurence me rejoint.

A 21 heures 4, arrive Saîma la photographe.

A 21 heures 6, Eric est là aussi.

A 21 heures 8 arrivent Christophe et sa caméra Digitale. Avec la démarche sereine de celui qui vient de prendre 3 pintes de Guinness au pub irlandais du boulevard Jules Ferry.

Les autres PariGones suivent progressivement.

Les verres sont disposés sur les bords de la passerelle en quelques dizaines de secondes

Les premières bougies, une à une, prennent place dans les godets. La force du vent nous contraint de les allumer et les déposer provisoirement derrière les parapets de pontet.

21 heures 22, les bougies créent un couloir de lumière flottante dans lequel s’engagent les passants ébahis… et questionnant. Tout une partie de la population parisienne bascule dans la connaissance de l’Histoire de Lyon ! ;-)

Les deux pots de fumigènes rouge et bleu sont disposés à gauche et à droite de la passerelle.

Les torches sont dénudées de leur habit de plastique thermo-formés.

Les événements doivent maintenant s’enchaîner avec encore plus de précision et de célérité.

Poser les verres de feu sur le rebord métallique de la passerelle, Allumer les fumis, Craquer les torches, Les agiter en chantant.

Tout se déroule à merveille.

La fumée rouge et bleue envahit l’espace

La lumière de feu embrase le pont.

Les gens s’accoudent aux fenêtres … on ne va pas tarder à entendre des sirènes de pompiers…

On laisse échapper notre joie.

Des paroles entre cris et rires lancées vers « on-ne-sait-qui ».

Puis les « Allez Lyon » s’évanouissent peu à peu dans la ville et la brise du canal emporte les dernières étincelles de la fête.

On regroupe les verres, cassés ou pas…

« Je me coupe la main en ramassant les morceaux » (sic)

On emballe les bougies, on décroche les bannières « sacrées ».

Le caméraman, devoir accompli, s’éclipse … pour retourner au pub.

On repart plein d’idées pour les prochains « happenings », 36 photos et une cassette DV de l’événement dans la poche

… Pendant ce temps là, le PSG se fait humilier au Parc. La soirée parfaite en quelque sorte.

Il est 21 heures 37, la passerelle est maintenant déserte, inconsciente de l’événement magique, furtif et impensable qui vient de se dérouler sans doute pour la première fois de l’Histoire.

Et nous, nous rejoignons … le caméraman. »

Tous les photos de l’événement sont sur la Photo Gallery

JéM
www.parigones.net
© Parigones - clabdesign