à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Esprit > Histoire des Lyonnais
 

Visage de Lyon sous la Renaissance
 

Lyon fut au XV° et XVI° siècle à la pointe de la révolution technique de l’imprimerie. Durant ces années, érudits, écrivains et marchands firent de cette ville un foyer culturel majeur de la Renaissance en France. Retour sur un passé parfois oublié.


Le Musée de l’imprimerie a été inauguré à Lyon en 1964. Situé au 13, rue de la Poulaillerie dans le Vieux Lyon, le musée est l’un des principaux musées européens des arts et métiers graphiques.

Créé par Maurice Audin et installé dans l’Hôtel de la Couronne, il retrace l’évolution historique, technologique et idéologique de ce métier qui a connu une place prépondérante dans la vie culturelle et économique lyonnaise, avant de se voir progressivement supplanté par Paris.

Lyon, parmi les premières villes européennes de l’imprimerie.

L’imprimerie à Lyon a pris son essor à la Renaissance : son implantation date de 1473. La Bible de Gutenberg, considéré comme le premier livre a caractère mobile est parue vers 1454-1456. A partir de cette date l’invention se répandra rapidement à toute l’Europe (Venise, Louvain, les Pays-Bas, Cracovie...).

Lyon sera la deuxième ville française après Paris et avant Toulouse à voir l’implantation de l’imprimerie avec l’arrivée de typographes allemands de Mayence, disciple de Fust et Schöffer. Barthélemy Buyer introduit l’imprimerie avec l’aide de Guillaume Le Roy, imprimeur à Liège. Le Compendiums Breve du Cardinal Lothaire, pape de 1198 à 1216 sous le nom d’Innocent III, en constitue la première publication. Lyon publie le premier ouvrage écrit en français en 1476, La Légende Dorée.

Lyon ville de la renaissance et de l‘humanisme

L’imprimerie connaît un essor particulièrement important autour de la rue Mercière (rue Tupin, Halles de la Grenette, Quai de Retz...). Jean de Tournes, Sébastien et Antoine Gryphe, Guillaume Rouville, Jean Treschel et François Juste font figure de pionniers de l’imprimerie et de la typographie.

Progressivement, Lyon devient un foyer européen majeur de l’humanisme. Parmi les auteurs implantés à Lyon figurent Louise Labé, Etienne Dolet, Clément Marot, l’école lyonnaise (Maurice Sève, Pernette du Guillet, Pontus de Tyard et Antoine Héroët), Nostradamus, Serlio - architecte - ainsi que Rabelais qui exerça à Lyon les professions de médecin, correcteur d’imprimerie et auteur (il rédigea le Pantagruel et le Gargantua durant son séjour lyonnais). La plus ancienne version connue, fut publiée en 1532 par Claude Nourry, un imprimeur lyonnais spécialisé dans la littérature populaire. Lyon se distingue de Paris plus axée sur les écrits scolastiques et universitaires.

Echanges culturels et commerciaux

Sa situation de ville foire contribue à son essor, notamment à partir de 1420 où Philippe le Bel attribue deux foires à la ville, les deux dernières quatrième étant accordées par Charles VII en 1445 et Louis XI en 1463.

En 1460-1480, Lyon compte 30.000 habitants, attire de nombreux marchands et banquiers florentins, génois ou allemands (Gadagne, Bondi, Bonvisi, Kléberger) et figure parmi les principaux banquiers du roi. La première lettre de crédit en France - véritable date de naissance de la banque commerciale - fut établie à Lyon.

La soirie constitue le troisième pôle économique de la région, François Ier attire les Italiens pour créer une fabrique de soie en 1536. A la fin du XV° siècle, la ville compte une cinquantaine d’imprimeurs et 60.000 habitants.

Apogée au XVI° siècle puis déclin

L’imprimerie connaît son apogée au XVI° siècle, période durant laquelle Lyon fait figure de troisième ville éditrice européenne derrière Venise et Paris, grâce à un très haut niveau de qualité et une dizaine d’éditeurs ou imprimeurs importants parmi lesquels les Giunta, Rovillium...

Lyon a également une place importante dans ses relations avec l’Espagne, l’Italie et la Suisse pour l’édition et l’imprimerie dans les domaines suivants : philosophie, religion, littérature, médecine, pharmacie, technique et encyclopédie.

La profession s’organise en deux métiers : les maîtres imprimeurs, à la tête de plusieurs ateliers et travaillant sur demande avec l’obligation de respecter des délais et des marchands imprimeurs (un atelier lyonnais sur cinq) avec leur propre politique éditorial.

Sébastien Gryphe figure parmi les plus importants des marchands imprimeurs. Arrivé à Lyon en provenance de l’Allemagne en 1515, il s’associe avec le libraire Hugues de la Porte et crée l’atelier du Griffon.

Etienne Dolet et Jean de Tournes après avoir travaillé dan l’atelier s’installeront à leur compte. Dolet sera mis à mort place Maubert, à Paris pour hérésie. Jean de Tournes fondera une famille active dans l’imprimerie jusqu’au XVIII° siècle, installé à Genève depuis 1585 du fait de leur foi réformiste.

A partir du XVII° siècle, des obstacles réglementaires importants et la concurrence parisienne verront le déclin progressif du marché du livre à Lyon, Paris puis Rouen et Douai supplanteront Lyon dans sa place dans l’édition.

A partir du XVIII° siècle de nombreuses contrefaçons seront imprimés à Lyon. Les éditeurs parisiens agiront à de nombreuses reprises pour que le roi publient des décrets pour empêcher ces impressions (1777). L’industrialisation et l’essor économique de la ville feront oublier cet age d’or de la culture et de l’économie lyonnaise.

Marius Audin, mécène

Notons la personnalité de Marius Audin (1872-1951), imprimeur lyonnais érudit, passionné par l’histoire de la typographie et de l’imprimerie. Ses écrits sont des références obligées pour celui qui s’intéresse à l’histoire des métiers de l’imprimerie. Ses deux principaux ouvrages historiques sont Le Livre, en deux tomes (1924 et 1926), et l’Histoire de l’imprimerie par l’image, en quatre tomes (1928-1929). On peut les trouver dans les librairies de livres d’occasion. Son fils, Marius, est le créateur du Musée de l’imprimerie et la banque, à Lyon, en 1964, à partir des archives familiales

Les fonds du Musée

Le fonds du Musée contient les fonds, Audin, Bargilliat, Lure, Mandel, Marinoni, Moyroud, Ranc, Southall et Wallace. Parmi ceux-ci le fonds Barbezat a une importance particulière au travers l’Arbalète, revue ayant publié pendant la guerre des auteurs ayant ensuite marqué la vie intellectuelle (Jean Wahl, Sartre, Heidegger...) ainsi que dans l’édition de roman d’auteurs comme Artaud, Dubillard, Kafka ou Michaux...

En 1994, la Bibliothèque Municipale de Lyon et le Musée de l’Imprimerie deviennent pôles associés de la Bibliothèque Nationale de France.

La Bibliothèque de La Part-Dieu compte 300 000 ouvrages parmi lesquels de nombreux originaux et même des pièces uniques. Le fonds provient au départ de la collection du P. Auger, du collège des Jésuites de la Trinité qui obtint de Henri III une bibliothèque. Les principaux ouvrages sont des ouvrages religieux, des Corpus Juris Canonici et Civilis, des ouvrages de géographie par l’intermédiaire de la Société de Géographie de Lyon (éditions de Ptolémée, récits de voyages...), des documents historiques. Enfin l’occultisme occupe une place importante dans des domaines variés (sorcellerie, magie, franc-maçonnerie, fonds Chomarat...).

Parmi les ouvrages particulièrement remarquables se trouvent un Ovide moralisé, manuscrit enluminé du XIV° siècle, un Histoire d’Outremer de Guillaume de Tyr, réalisé en 1280 et un manuscrit de IX° siècle. Le XIX° siècle est représenté par 110 bois de Gustave Doré, illustrant des Rabelais, des matrices de Paul et Virginie, le graveur Jean de Salomon paru chez Jean de Tournes.

Itinéraires

Musée de l’imprimerie
- 13, rue de la Poulaillerie
- 69002 Lyon
- Tel : 04 78 37 65 98
- Site www.bm-lyon.fr/musee/imprimerie.htm


A noter aussi

Le marché aux vieux papiers et aux livres Anciens organisé par l’association Lyon Livres Anciens à l’Hôtel des Ventes de Lyon Presqu’île, les vendredi 28 janvier de 17h00 à 19h00, Samedi 29 et dimanche 30 janvier de 10h00 à 18h00.

Marché du Livre ancien et d’occasion. Tous les samedi de 8 heures à 18 heures.
- Place des tapis
- Métro Cuire, Station Croix-rousse).

Et les bouquinistes sur les quais de Saône, Quai de la Pêcherie.

Blason des imprimeurs lyonnais

© Parigones - clabdesign