à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Esprit > Littérature
 

Guignol aux pieds des Alpes
 

Dans un charmant petit livre "Guignol aux pieds des Alpes", Eric Emmanuel Schmitt évoque avec émotion son identité lyonnaise et son admiration pour sa région.Il est inutile de présenter l’œuvre d’Eric Emmanuel Schmitt. Mais si ses livres ont fait le tour du monde, l’homme demeure impalpable et ne se laisse deviner que par le prisme de ses ouvrages.


Dans un opus peu connu, « Guignol aux pieds des Alpes », Eric Emmanuel Schmitt se dévoile quelque peu en évoquant son identité lyonnaise et se souvient des terrains de jeux rhônalpins de son enfance. Ce guignol qui enfile des lunettes de poète sur les hauteurs de Fourvière c’est le philosophe mais c’est également chacun d’entre nous.

Au fil des pages, le lecteur est en effet frappé par les souvenirs et les sentiments qu’il a en commun avec l’auteur. C’est sûrement cela être lyonnais : croire que les quenelles poussent dans les arbres, avoir le privilège de contempler sa ville d’en haut, aimer la beauté et la dureté des montagnes qui l’entourent, partager un saucisson chaud en famille et finalement ne se sentir lyonnais qu’en dehors de sa région.

Avant cet ouvrage, le philosophe a toujours été peu disert sur la ville de son enfance. D’aucuns ont pu croire que l’auteur prenait ses distances avec Lyon. C’était mal connaître la pudeur toute lyonnaise d’Eric Emmanuel Schmitt. Il réhabilite brillamment le caractère lyonnais et prend le contre-pied des clichés habituels.

De ses origines, il ne tire aucune honte ni fierté. La fierté ne convient pas au lyonnais car il n’a rien à prouver. Ce sentiment porte le sceau du repli. Lyon est fort de sa spécificité, de son d’histoire et de son avenir. Le gone n’éprouve donc pas la nécessité de se montrer ostensiblement. On est lyonnais, voilà tout. Nul besoin de le crier haut et fort selon l’auteur : « N’y aurait-il aucune fierté lyonnaise ?

L’identité lyonnaise ne tiendrait-elle qu’à un obscur sentiment de culpabilité ? En vérité, il s’agit du contraire... Le Lyonnais se montre donc humble et orgueilleux. Il développe un sens aigu de la relativité, une forme d’intelligence sceptique qui le distingue des autres ethnies. Là où il est, il est au centre du monde mais il n’est pas le centre du monde. Le jeune lyonnais montre autant de sagesse que le plus vieux des philosophes ; au berceau, il réinvente la phénoménologie et le relativisme, il pulvérise Husserl et Kant ».

Après une peinture sensible de l’« homo lugdunumus », la talentueuse plume de l’auteur nous transporte vers les paysages rhônalpins . Il commence son périple sur les sentiers de l’Ain. Nous dégustons avec lui les savoureux mets qui fleurissent dans la Bresse, le Bugey et les Dombes.

Puis il jette un regard vers l’ouest pour rendre un bel hommage à la Loire et à Saint Etienne. Eric Emmanuel Schmitt poursuit son voyage et s’exalte devant la vertigineuse beauté de l’âpre Vercors. Ensuite, il pose son baluchon sur les terres alpines. Nous partageons avec lui l’attachement des savoyards pour leur montagne et leur humilité presque lyonnaise. Ce guignol étourdi par la beauté de sa région nous prend la main pour visiter en un clin d’oeil Chambéry, Annecy, Aix les bains et Grenoble. Il s’égare et ose des comparaisons avec la toscane, le Piémont et Venise.

Notre lyonnais transi de bonheur met le cap au sud et s’arrête dans la Drôme. Tous ces estivants qui font route vers les plages bondées de la côte d’Azur savent ils qu’ils passent à côté d’un pays de cocagne dauphinois aux influences provençales ?.

Enfin, notre guide se décide à enjamber le Rhône pour se montrer plus critique avec l’Ardèche. Il a sans doute tort. Cette terre est belle mais il se souvient d’une soirée à Paris au cours de laquelle un Ardéchois mondain qui ne l’avait pas reconnu lui dit : « Il y a deux sortes d’individus que je ne supporte pas, les Lyonnais et les philosophes ». Cette association est plutôt flatteuse. Eric Emmanuel Schmitt blessé et presque fier la prend pour un compliment. Les deux hommes finiront par se réconcilier.

Finalement, Lyon est pour l’auteur la capitale de la France méridionale. Il y a un air d’Italie qui souffle sur Lyon et nombre de ses petites sœurs rhônalpines : « Du reste, depuis toujours, tout ce qui lui arrive de bon vient du Sud, les fleurs, la banque, la soie, l’architecture, l’huile, les couleurs ; en revanche toutes les épreuves sont tombées du nord, les invasions, le centralisme politique, la répression des mouvements populaires ».

« Guignol aux pieds des Alpes » nous transporte dans une escapade savoureuse au côtés d’un illustre lyonnais amoureux de sa région et du monde.


La fiche du livre

Guignol aux pieds des Alpes
- Auteur : Eric Emmanuel Schmitt
- Editions Phileas Fogg
- ISBN 2-84582-053-4
- Prix public : 8.90 €

Guignol aux pieds des Alpes
Ouzo
© Parigones - clabdesign