à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Esprit > Société
 

Lyon négocie avec ses voisins
 

Adossée aux coteaux de l’Ouest, l’agglomération lyonnaise s’est, depuis toujours, développée vers les plaines de l’Est et du Nord-Est. Dès sa naissance, en 1966, la Communauté urbaine de Lyon (Courly) avait dépassé les frontières du département du Rhône. Plusieurs communes limitrophes de l’Isère et de l’Ain y avaient alors été transférées. Des journalistes du Monde ont réalisé un dossier sur le sujet.


Des extraits de leur article :

"Quarante ans plus tard, l’agglomération lyonnaise, à la recherche d’une dimension et d’une organisation territoriales à la mesure des métropoles européennes avec lesquelles elle veut rivaliser, regarde à nouveau vers les villes voisines. Mais celles-ci ne veulent pas devenir l’exutoire de l’inévitable poussée de la métropole : croissance démographique élevée, besoin crucial de logements locatifs, pression foncière.

En moins de deux ans, certaines communes ont vu s’envoler le nombre de leurs habitants et le prix du terrain, et elles ont dû revoir à la hausse la dimension de leurs infrastructures. ...//...

L’intercommunalité fournit aux élus certains outils avec lesquels le Grand Lyon doit compter. Mais communautés de communes ou Schémas de cohérence territoriale (SCOT) ne suffisent pas à créer une force politique. Doté d’un espace abondant, et toujours perçu, à tort, comme un département rural, l’Ain, atone sur le plan politique, a eu et a encore des difficultés à faire admettre sa réalité de territoire industriel et rurbain, plus épargné que les autres par le chômage.

Les tentatives de la Courly, durant le mandat de Raymond Barre, de "partager" les taxes professionnelles des entreprises rhodaniennes qui s’étaient relocalisées dans l’Ain, ont laissé de mauvais souvenirs. ...//... Jacques Berthou, maire de Miribel estime à 3 000 le nombre d’emplois créés en quinze ans. ...//...

Ainsi le nord Isère, tiraillé entre sa proximité géographique avec Lyon et son appartenance au département de l’Isère, ignoré autant par l’un que par l’autre, ce territoire de 200 000 habitants, qui compte un pôle urbain avec L’Isle-d’Abeau et Bourgoin-Jallieu et, plus au nord, le Haut Rhône dauphinois, plus rural, a toujours souffert d’un manque d’identité...//...

Le désengagement annoncé de l’Etat dans la ville nouvelle de L’Isle-d’Abeau, créée en 1972 pour lutter contre l’expansion de Lyon, soulève de nouveaux enjeux. Le Syndicat d’aménagement (SAN), qui regroupe cinq communes, doit disparaître avant la fin de l’année pour laisser place à une nouvelle structure, qui pourrait être une communauté d’agglomération, à condition d’élargir son périmètre.

Cette idée ne suscite pas l’adhésion de tous les élus. Ils préfèrent rester dans leur intercommunalité à la carte, sans moyens et sans ambitions. Une structure forte de 100 000 habitants et de 50 000 emplois permettrait, selon Alain Cottalorda, le maire de Bourgoin-Jallieu de nouer un partenariat plus équilibré avec le Grand Lyon...//...

De André Vallini, président PS du Conseil Général de l’Isére à Alain de la Verpillière, président UMP du Conseil Général de l’Ain, tous s’accordent néanmoins à penser que les relations avec le Grand Lyon sont aujourd’hui plus constructives...//...

Par ailleurs, la création, récente, d’une Agence de développement économique doit permettre de "parler d’égal à égal" avec les structures lyonnaises, indique M. de la Verpillière.

Ce souci de "partenariat" englobe aussi bien la revendication de mise en place d’une plate-forme multimodale sur la ligne de fret France-Italie, à Ambérieu-en-Bugey, que celle d’avoir son mot à dire sur l’extension de l’aéroport de Lyon-Saint-Exupéry, le tracé du futur TGV Rhin-Rhône et, tout en approuvant l’échangeur de l’A 432, aux Echets, la nécessité de réalisation du contournement ouest de Lyon (COL) pour éviter la thrombose du Noeud-des-Iles.


Pour avoir l’intégralité de l’article et les citations complètes des personnes interviewées et ainsi que 3 questions posées par les journalistes du quotidien Le Monde à Gérard Collomb, le marie de Lyon, allez sur le site LeMonde.fr

JéM
www.parigones.net
© Parigones - clabdesign