à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Sports > Olympique Lyonnais
 

Lyon tout en contrôle
 

En butant sur une bonne équipe de l’Olympiakos le Pirée, Lyon s’est imposé 2-1 sur les Grecs mercredi soir à Gerland dans son troisième match du premier tour de la Ligue des champions et fait un grand pas vers les huitièmes de finale de l’épreuve à laquelle elle participe pour la 6ème année consécutive.


Ce nouveau succès, le troisième en trois matches, permet à Lyon de conforter sa première place du groupe F avec neuf points et d’entrouvrir les portes du second tour. Jamais, en effet, une équipe ayant, comme Lyon, signé trois victoires d’entrée a manqué la qualification.

Brillants face au Real Madrid (3-0) puis à Rosenborg (0-1), les Lyonnais, à défaut d’être aussi fringants physiquement, ont puisé dans leurs réserves mentales pour arracher ce succès sur une formation grecque qui vaut mieux que sa dernière place de la poule.

Les Lyonnais ont certes vite ouvert le score sur un magnifique coup-franc de Juninho (4e) mais ont dû ensuite attendre la 89e minute et le premier but de la saison de Govou pour faire la différence.

Entre les deux, ils ont buté sur une formation grecque bien organisée et dont l’esprit d’entreprise a été récompensé par un but de Pantelis Kafes (84e).

Lyon débutait de la meilleure des manières en marquant dès la 4e minute. Cette ouverture du score était l’oeuvre de Juninho. Suite à une faute sur Govou à une vingtaine de mètres de la cage grecque, le "maître" brésilien délivrait un coup-franc brossé su lequel Antonios Nikopolidis, le portier de la sélection de Grèce, championne d’Europe en 2004 et de l’Olympiakos, esquissait à peine un geste.

Mais, après une nouvelle alerte sur leur cage suite à un raid de Govou (7e), la réaction de joueurs d’Olympiakos était intéressante. Elle obligeait les Lyonnais à défendre plus bas et exposait surtout un manque assez évident de concentration.

Ainsi, une balle redonnée par l’axe par Cris offrait-elle à Pantelis Kafes l’occasion de placer une frappe qui ne passait guère loin du montant droit de la cage de Grégory Coupet (24e).

Le même Coupet était impeccable sur une reprise de Predrag Djordjevic à la conclusion d’un mouvement construit sur la gauche ; le côté d’où venait le plus souvent le danger grec (29e).

Lyon avait compris le message. La formation de Gérard Houllier terminait la période en se montrant plus pressante. Tiago obligeait Nikopolidis à un arrêt en deux temps (30e) puis des tentatives de Govou et Tiago étaient contrés coup sur coup (36e).

Les Lyonnais manquaient de rythme et de précision pour créer les conditions d’un deuxième but qui les aurait libérés. Diarra marquait bien de la tête à la réception d’un coup-franc de Juninho mais ce but était refusé pour un hors-jeu de position de Cris (57e) qui ne faisait pas action de jeu direct.

Dans la foulée, Tiago, le meilleur Lyonnais mercredi soir, faisait briller Nikopolodis sur une frappe lointaine qui retombait sous la barre transversale (63e).

Wiltord expédiait de peu à gauche la balle du break (82e) et sur l’attaque qui suivait Djordjevic pouvait trouver Kafes dans l’axe. L’attaquant grec prenait tout son temps pour ajuster Coupet et placer la balle hors de sa portée pour le 100e but de l’Olympiakos en Ligue des champions (84e). C’était le premier but encaissé par Lyon cette saison en Champions League.

Lyon s’acheminait vers son premier faux pas dans la compétition européenne quand, sur un centre millimétré de Juninho, Govou avait le geste juste pour dévier le cuir dans la cage grecque (89e).

Dans les ultimes minutes du match, l’OL était à deux doigts d’aggraver le score pour le mettre à un niveau plus en rapport avec les 15 tirs de la partie sur la cage de Nikopolidis mais le score en restait là.

Il leur manque dorénavant 1 point aux Lyonnais pour passer à la phase suivante de l’épreuve mais on peut parier qu’ils ne s’en contenteront pas.

Master OL
© Parigones - clabdesign