à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Divertissements > Cinéma et TV
 

Alexandre Astier lyonnais dans le PAF
 

Naviguant entre Lyon, où il habite avec sa femme et ses trois enfants, et Paris, Alexandre Astier est devenu avec "Kaamelott" , série médiévale pleine d’humour, le nouveau roi de la chaîne M6 à défaut du PAF qui n’en demandait pas tant. Un Lyonnais venu du théâtre qui s’impose à la télévision nationale, il était temps d’en parler.


C’est en décembre 2004, qu’Alexandre Astier s’est plongé dans le grand bain de l’audiovisuel lorsque la série qu’il venait de vendre à M6 était en présentation presse aux Caves Saint-Sabin à Paris Bastille.

Cette nouvelle série de court métrage (3 minutes 30 secondes par épisode), pastichant les exploits des Chevaliers de la Table Ronde avec une gouaillerie toute 21ème siècle, était à l’origine sensée remplacer le célèbre "Caméra Café".

Un an plus tard, Alexandre Astier est connu de tout le PAF et du très grand public. Sa bouille puisqu’il joue lui-même le roi Artur, les mots de son personnage faits de bon sens et d’accent "parisien", les situations truculentes et profondément décalées qu’il a en tant qu’auteur mis en scène au milieu d’une bande de chevaliers pas vraiment preux.

Avec 4 millions de téléspectateurs par soir, "Kaamelott" et ses héros "qui ne sont pas à la hauteur" ont supplantés haut le pomeau les deux stars que sont Le Bolloch et Solo.

Alexandre est lyonnais et il tient à affirmer son identité lyonnaise. Homme de théâtre, il n’était pas vraiment un pro de la télévision, et il est tout à la fois surprenant et compréhensible a posteriori qu’on lui ait confié la charge d’un prime time à 20 h 40. Il peut remercier Jean-Yves Robin le boss de CALT la société de production responsable de la série.

Depuis le jour de la signature en 2004, Alexandre Astier est devenu coureur de multiples sprints. Il est acteur principal de la série, réalisateur (il en a concocté plus de 200), scénariste, compositeur de la musique et il suit toutes les étapes de la "fabrication" comme un vrai producteur. Il est omniprésent et même si quelques dents grincent, il assume avec gourmandise son statut et les responsabilités qui vont avec. Normal, la série cartonne.

Et comme il a signé pour 700 épisodes donc elle n’est pas prête de s’arrêter. D’autant qu’un prime time et une trilogie pour le cinéma sont en train de sortir de sa plume.

Admirateur de Louis de Funès, "l’un des rares héros méchants", amoureux de comédies, il construit "Kaamelott" en servant de son passé d’étudiant en écriture scénaristique aux Etats-Unis et en pensant aux grands comédiens qui ont peuplé son histoire personnelle : ceux qu’il a croisé sur les planches lyonnaises, mais aussi ceux de la "tribu Astier" : son père, Lionel Astier, sa mère, Joëlle Sévilla, ou son frère Simon, tous acteurs dans la série.

Quand "Kaamelott" sera rangé dans les DVDthèques, Alexandre Astier remontera sur les planches selon son voeu. A moins que cela ne soit le cinéma avec Alain Chabat avec qui il a des projets. L’histoire des Astiers n’est pas finie.

JéM
www.parigones.net
© Parigones - clabdesign