à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Sports > Olympique Lyonnais
 

LYON CHAMPION PUISSANCE 5
 

L’Olympique Lyonnais a remporté samedi son cinquième titre consécutif de champion de France. Un record historique jamais égalé par une équipe française depuis la création du championnat de France et qui récompense une nouvelle grande saison. Il reste encore quatre matchs à l’OL pour battre quelques records tant sa domination sur la L1 est écrasante.


Cinq titres de champions consécutifs. L’exploit n’est pas seulement énorme. Il est tout simplement historique. Et en coiffant samedi soir une cinquième couronne nationale de rang, l’Olympique Lyonnais est entré par la grande porte au Panthéon du football français. Dépassant le mythique Saint-Étienne des années 70 et le spectaculaire Marseille des années 90. Jamais aucune formation n’avait autant dominé le football hexagonal. Et compte tenu de l’avance actuelle de l’OL sur ses adversaires, on se dit que cette supériorité sans partage pourrait bien se prolonger encore quelques années.

Alors bien sûr, les sceptiques ou les râleurs partisans des autres équipes rappelleront que cet Olympique Lyonnais a échoué dans deux de ses objectifs élevés. Mais encore faut-il avoir des objectifs élévés. On ne peut placer sur le même plan un élimination en quarts de finale de la Ligue des Champions sur un coup du sort à deux minutes de la fin puis de la Coupe de France conséquence mentale de la première avec l’exploit de ce quintuplé historique. Banaliser cette performance serait irrespectueux pour le travail accompli cette saison et les années précédentes par Gérard Houllier, Paul Le Guen ou Jacques Santini. Sans oublier un JMA qui peut pleinement savourer sa réussite.

Les joueurs Lyonnais l’ont déjà fait hier sur la pelouse du Parc des Princes en maintenant les parisiens à distance respectable de la balle pendant la majeure partie de la soirée. Ils l’ont emporté par un but à zéro mais on sentait que les Lyonnais pouvaient marquer quand ils le voulaient s’ils n’avaient pas été un peu trop "joueurs" dans le geste final.

Et maintenant ? Quel avenir pour cet OL conquérant ? A court terme, il y aura une belle fête. A Gerland le 30 avril à l’occasion du grand derby face à Saint-Étienne. Il y a aussi d’ici la fin du championnat des records à faire tomber pour reléguer un peu plus encore les Marseille, Monaco, Nantes, et autres Saint-Etienne plus loin dans l’histoire :
- le plus grand nombre de points (79, déjà détenu par Lyon, Nantes et Monaco),
- le plus grand écart avec le second (12 points, détenu par Monaco et Lyon),
- le plus grand nombre de victoires (26, détenu par Reims, Monaco et Nantes),
- le plus grand nombre de victoires à l’extérieur (12, détenu par Saint-Etienne et Marseille et Lyon depuis hier soir),
- le plus petit nombre de défaites à l’extérieur (1, détenu par Saint-Etienne et Nantes)

Mais c’est surtout dans les deux prochains mois qu’une nouvelle page lyonnaise s’écriera.

Jean-Michel Aulas pourra-t-il conserver, comme le lui a demandé Juninho dans les travées de Giuseppe-Meazza, l’intégralité de l’effectif pour s’attaquer de nouveau à cette Ligue de Champions ? Ou devra-t-il remplacer des joueurs convoités par quelques grands clubs européens ? La réflexion a sans doute déjà commencé.

Même si pour le moment, l’heure est à la fête. Rien qu’à la fête. Et la place Bellecour peut de nouveau s’enflammer...

JéM
www.parigones.net
© Parigones - clabdesign