à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Divertissements > Musique & Concerts
 

Maurice Jarre fête ses 80 ans à Lyon
 

MAURICE JARRE fète son anniversaire en dirigeant l’Orchestre National de Lyon ce soir avec des extraits de ses plus célèbres musiques de films : Dr Jivago, Ghost, Laurence d’Arabie, Le cercle des poètes disparus, L’étau, Les damnés.


Le père de Maurice Jarre était directeur technique de Radio Lyon, une station de musique de variétés. Un jour qu’il avait 16 ans, son père a trouvé un paquet de disques 78 tours qu’il lui a amené en pensant que le jeune Maurice allait les écouter de manière distraite. A l’écoute de la 2e rhapsodie de Liszt, dirigée par Léopold Stokowski, Maurice savait que il voulait devenir chef d’orchestre. Il a consacré les deux dernières années avant le Bac à l’étude des bases. André Cluytens l’a encouragé et conseillé d’aller s’inscrire au Conservatoire de Paris.

Comme il était trop vieux mais qu’il avait le sens du rythme, il s’inscrit dans la classe de percussions. A 19 ans, il côtoyait des enfants de 12 ans qui solfiaient facilement alors qu’il en était aux balbutiements. Son professeur Charles Munch lui a apprit une chose essentielle : dans ce métier, il faut 50 % de talent et 50 % de diplomatie.

Lors d’un remplacement, à la fin des années 40, il fait la connaissance de Jean-Louis Barrault qui cherchait deux musiciens pour accompagner leurs spectacles. Son partenaire n’était autre que Pierre Boulez, excellent pianiste, qui est resté l’un des amis de Maurice Jarre.

Jean Vilar le rencontre et lui propose de l’accompagner en Avignon pour le spectacle « Prince de Hombourg » de von Kleist avec Gérard Philipe et Jeanne Moreau. Le triomphe du spectacle vaut à Jean Vilar sa nomination à la tête du TNP à Chaillot où Maurice Jarre l’accompagne comme directeur musical. Leur collaboration dure 12 ans. Une période de travail intense, de tournées dans des pays où Maurice Jarre apprend la langue pour travailler avec les musiciens locaux. De 1951 à 1963, il compose la musique de près de 70 spectacles.

Un soir, Georges Franju vient voir "le Prince" et propose à Maurice Jarre de composer la musique d’« Hôtel des Invalides ». Dans la foulée, il travaille avec Alain Resnais, Jean-Paul Rapeneau, Henri Verneuil, Jacques Demy et Gérard Oury. Il y eu surtout un film de Serge Bourgogne qui connu un grand succès aux Etats-Unis. C’est ainsi que Sam Spiegel, le producteur de « Lawrence d’Arabie », découvre le travail de Maurice Jarre et lui propose la musique du film de David Lean. Depuis il n’a pas cessé de travailler pour le cinéma américain.

Maurice Jarre a toujours eu de bons souvenirs de Lyon, sa ville natale. Il garde une nostalgie du quartier Perrache où il habitait, de la place Bellecour où il jouait au football avec ses copains. Au début, les relations avec ses parents ont été houleuses. Le père de Maurice Jarre a déchiré un traité d’orchestration.

Maurice Jarre n’a jamais joué sa musique à Lyon mais aujourd’hui, à 82 ans, il revient pour diriger ce concert à l’Auditorium, à la tête de l’Orchestre national de Lyon. Il joueront des extraits de musiques composées pour de grands films, notamment « Lawrence d’Arabie », « Le cercle des poètes disparus », « Docteur Jivago », « Mad Max III » mais aussi « Paris Brûle-t-il » et surtout, en création, une suite française d’après les musiques de « La tête contre les murs », « Les dragueurs » et « Week-end à Zuydcoote ».

Auditorium, jeudi 20 avril à 20h30. Tél. 04 78 95 95 95

JéM
www.parigones.net
© Parigones - clabdesign