à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Sports > Tout le reste du foot
 

Domenech sur les traces de Jacquet
 

Raymond Domenech est un Lyonnais qui a atteint l’objectif qu’il s’était fixé en qualifiant ses joueurs pour la finale de la Coupe du monde face à l’Italie, et marche sur les traces d’un autre illustre lyonnais d’adoption et père spirituel, Aimé Jacquet.


Critiqué par la presse et systématiquement sifflé par les supporters français jusqu’à la victoire face à l’Espagne (3-1) en huitième de finale du Mondial allemand, Domenech n’est plus qu’à 90 minutes du titre suprême. Un comble pour un entraîneur qui n’a encore jamais rien gagné, si ce n’est le championnat de France de deuxième division lorsqu’il dirigeait Lyon.

Mercredi soir, pour la première fois depuis l’arrivée des Français en Allemagne, Domenech a dit sa fierté d’avoir atteint un objectif auquel personne ne croyait il y a un mois, quand la France était championne du monde des matches nuls.

Ce discours optimiste et volontariste, l’ancien défenseur moustachu devenu sélectionneur en costume le tient depuis toujours. Pendant deux ans personne n’y a cru, les résultats des Bleus ne permettant pas objectivement de voir qu’une équipe était en gestation.

Mais la force collective qui émane désormais des Bleus ne peut-être due uniquement à la force mentale de ses éléments, qui ont fait le pacte de "mourir tous ensemble" en Allemagne. Domenech y est forcément pour quelque chose. Qu’il ait choisi de favoriser l’autogestion au sein de son groupe ou de s’appuyer sur des relais forts pour faire passer son message, il a eu l’intelligence de s’effacer quand il le fallait et de passer en force aux moments opportuns.

Dans la vie de tous les jours, Domenech, qui détonnait par sa franchise, a aussi accepté de changer, au point de devenir parfois agaçant avec sa langue de bois parfaitement maîtrisée.

Domenech a eu aussi le coup de génie d’imposer en équipe de France un autre lyonnais "pure sucre" le préparateur physique Robert Duverne, qu’il avait fait venir à Lyon en 1991. Loué par tous les joueurs, Duverne est pour beaucoup dans la montée en puissance d’un Patrick Vieira, métamorphosé en Allemagne et pièce centrale du dispositif de Domenech.

Domenech est en passe de rejoindre Jacquet dans la légende, avec une équipe basée sur une défense de fer, l’esprit de sacrifice et la solidarité, comme en 98.

A Lyon, Jacquet a terminé sa carrière de joueur aux côtés de Domenech. Puis, lorsqu’il a pris en mains les destinées de l’équipe rhodanienne, le rugueux défenseur en était le capitaine. Onze ans plus tard, Jacquet a eu un rôle prépondérant dans la nomination de son poulain à la tête des A. Jacquet l’avait alors défini comme "le meilleur d’entre nous". Encore une fois, "Mémé" avait raison.


Bio de Raymond Domenech

Défenseur rugueux à la réputation de mauvais garçon, Raymond Domenech a effectué la majeure partie de sa carrière de joueur à l’Olympique Lyonnais, où il a notamment cotoyé en tant que joueur mais également en tant qu’entraîneur un certain Aimé Jacquet.

Après un fructueux passage au RC Strasbourg avec lequel il a remporté le championnat de France en 1979, il est passé par le Paris Saint-Germain, puis par les Girondins de Bordeaux (où il a retrouvé Aimé Jacquet) avant de terminer sa carrière de joueur au FC Mulhouse, club où il effectuera également ses premières armes en tant qu’entraîneur.

Devenu entraîneur de l’Olympique Lyonnais en 1988, il contribue à faire remonter l’équipe en Ligue 1, avant d’intégrer à partir de 1993 la Direction Technique Nationale du football français et de devenir l’entraîneur de l’équipe de France Espoirs, avec laquelle il ne récolte aucun succès majeur malgré la présence des futurs cadres de l’équipe A.

Déjà pressenti pour le poste en 2002, il doit finalement attendre le 12 juillet 2004 pour prendre la tête de l’équipe de France de football où il succède à Jacques Santini. Sa prise de fonction coincidant avec le départ à la retraite internationale de glorieux anciens, Raymond Domenech se voit contraint de reconstruire l’équipe de France tout en devant mener à bien la qualification pour la Coupe du monde 2006.

Les Bleus peinant à offrir un visage séduisant et à obtenir de bons résultats, Domenech doit rapidement faire face à la contestation de la presse, du public mais également de certains joueurs au sein de la sélection. Par la suite, il réussit à convaincre Zinedine Zidane, Lilian Thuram et Claude Makélélé de revenir sur leur décision d’avoir quitté l’équipe de France après l’Euro 2004.

Sous sa direction, l’équipe réussit à se qualifier pour la Coupe du monde 2006.

À l’instar d’Aimé Jacquet et de la plupart de ses prédécesseurs, Raymond Domenech voit régulièrement ses choix critiqués par la presse. Personnalité atypique dans le monde du football, Raymond Domenech mène une carrière de comédien amateur de théâtre. Il ne cache pas non plus sa passion pour l’astrologie.

Sa compagne est Estelle Denis, journaliste sportive à M6 et à TPS Star.

Carrière joueur
- 1969-1977 : Olympique Lyonnais
- 1977-1981 : RC Strasbourg
- 1981-1982 : Paris SG
- 1982-1984 : Girondins de Bordeaux
- 1984-1988 : FC Mulhouse

8 sélections en équipe de France A entre 1973 et 1979

Palmarès joueur
- Vainqueur de la coupe de France 1973 avec l’Olympique lyonnais et en 1984 avec les Girondins de Bordeaux.
- Champion de France de D1 1979 avec le RC Strasbourg.

Carrière entraîneur
- 1985-1987 : FC Mulhouse
- 1988-1993 : Olympique Lyonnais
- 1993-2004 : Espoirs
- Depuis le 12 juillet 2004 : France France A

JéM
www.parigones.net
© Parigones - clabdesign