à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Esprit > Economie
 

DUARIG, l’aventure continuer
 

Plus que centenaire, l’entreprise qui a équipé autrefois l’élite des clubs français, a aujourd’hui une double casquette. Toujours attentive aux besoins des clubs, quelle que soit leur taille, elle a aussi développé une activité de prestation logistique.


"Mon plus grand plaisir serait que je n’entende plus dire " Duarig, ça existe encore ? ".

Directeur de la Société nouvelle Duarig depuis 1998, Pascal Tardy est bien là au contraire pour affirmer que Duarig, qui a bâti sa notoriété en fabriquant des ballons de foot dans lesquels ont shooté des générations de footballeurs amateurs ou professionnels, a su opérer le grand virage qui s’imposait après les mauvais moments de 1995. L’élite du foot français Petit retour dans les années 1920. Un certain M. Giraud, qui avait créé à Lyon, à la fin du siècle précédent, sous la marque Duarig (écriture de droite à gauche de son nom) une fabrique de ballons de football en cuir, s’installe à Balbigny. L’entreprise se développe, et en 1950, au décès de M. Giraud, c’est son épouse qui en assure la direction jusqu’en 1954, année où Duarig est vendu à la famille Audry. Julien Audry développe de nouvelles gammes de produits, notamment en textile et chaussures. À son décès, dans les années soixante-dix, son épouse Perrine et son fils Jacques passent à leur tour aux commandes et développent entre autres des collections destinées à la grande distribution. Duarig s’intéresse aussi à cette époque aux clubs et équipe même alors les plus prestigieux : Saint-Étienne, Lyon, Toulouse, Bordeaux, etc. " Avec jusqu’à trente-six contrats avec l’élite du foot français rappelle Pascal Tardy, la marque se fait connaître du grand public ".

Une activité de prestation logistique

Mais la belle aventure connaît un sérieux revers à la fin de l’année 1994, où l’entreprise est placée en redressement judiciaire, puis liquidée quelques mois plus tard. Pendant six mois, l’usine de Balbigny cessera toute activité. À la fin de l’année 1995, la marque Duarig est rachetée par une société domiciliée dans la banlieue parisienne. ESPAS (Entreprise de service et de promotion d’articles de sport) a pour vocation la distribution d’articles de sport auprès des grandes surfaces non spécialisées. ESPAS, qui diffuse des marques telles que Dunlop, Nassau, Unicorn, Club Med Gym et le Guide du routard, est aujourd’hui le plus gros fournisseur d’accessoires de sport dans la grande distribution. La Société nouvelle Duarig SA est créée, avec à sa tête Jacques Audry. Pascal Tardy, qui a été pendant huit ans formé aux méthodes de management du groupe Casino, avant de travailler dans les transports, à Leroy-Merlin, puis enfin pour l’organisation financière de la coupe du Monde 98, intègre Duarig en 1998.

Au plus près des clubs

L’entreprise de Balbigny a aujourd’hui une double activité. La plus importante, en terme de volumes, est une activité de prestation logistique pour le compte d’ESPAS. Duarig réceptionne, stocke, prépare les commandes, conditionne et expédie les commandes des marques diffusées par ESPAS. La seconde activité est liée à la vie des clubs sportifs que Duarig équipe des pieds à la tête, du vêtement au ballon, en passant par la bagagerie, les gants et la trousse de premiers secours. Cette prestation, très personnalisée, est l’une des forces de Duarig. " Nous faisons du partenariat avec des clubs, du plus petit au plus grand, et nous nous battons sur la qualité du produit et du serviceÉ ", affirme Pascal Tardy. Duarig s’intéresse aussi désormais à tous les sports : le football bien sûr, mais aussi le rugby, le jorky, et maintenant le tennis -ballon. Désormais, les ateliers de Balbigny ne fabriquent plus que les shorts et les maillots, tout le reste ayant été délocalisé. Aujourd’hui, Duarig lutte pour se reconstruire une image après la crise de 1994/95. Son principal atout, se montrer très réactif et attentif aux demandes des clients, notamment les clubs.

Auteur CHRISTINE COLOMB (Le Progrès)

Tout l’article est sur LeProgres.fr

Repères


- Nom : Société nouvelle Duarig Effectifs :quarante salariés en permanence, 60 à 65 en haute saison Chiffre d’affaires : non communiqué. Pascal Tardy préfère parler d’un volume d’activité de l’ordre de 14 M E, en progression. Il souligne que l’activité en hypermarché est en progression régulière, et que celle, en partenariat avec les clubs, est désormais en progression à deux chiffres. Projets : d’ici deux ans, remettre toute l’organisation à plat, et s’agrandir. Site Internet : tous les produits fabriqués par Duarig sont présentés (et en vente) sur Duarig.com

JéM
www.parigones.net
© Parigones - clabdesign