à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Divertissements > Gastronomie
 

Il n’ya que Lyon pour faire ça !
 

Dos au mur, l’Olympique Lyonnais a frappé fort en dominant les Glasgow Rangers à Ibrox Park (0-3). Pour la 5e année consécutive, l’OL sera en 8e de finale. Après la déroute de l’OM, les Lyonnais seront les seuls représentants hexagonaux au prochain tour où ils ont de grandes chances de tomber sur un gros. Il n’y a bien qu’un seul Olympique en France !


Quelque chose a peut-être changé ce soir à l’Olympique Lyonnais. Jusque là réputé excellent dans la gestion mais plus faiblard dans les rencontres couperets, les sextuples champions de France ont fait taire les détracteurs. Et avec la manière, s’il vous plaît ! en rendant la monnaie de leur pièce aux Glasgow Rangers, avec le même tarif que celui encaissé à l’aller.

Et cette équipe peut compter , sur un talent aussi exceptionnel que celui de Karim Benzema. Un doublé, une implication sur le but de Govou : le président Aulas va devoir s’accrocher pour conserver son joyau. D’autant que Benzema vient d’annoncer sur RTL qu’il comptait rester à Lyon jusqu’a ce que l’OL gagne la Ligue des Champions.

Paradoxalement, l’OL pouvait puiser dans la déroute de l’OM, la veille, des raisons d’espérer. En effet, le parcours rhodanien ressemblait à s’y méprendre à celui du bourreau des Marseillais, Liverpool : départ exécrable dans la compétition, folle remontée à hauteur de son ultime rival mais ballottage défavorable.

Une 79e minute de pure folie

Au fond, Lyon a réussi tout ce qu’il a bazardé à l’aller. Réaliste en attaque, ultra-solide en défense. La bonne idée lyonnaise aura été de concrétiser rapidement sa domination. Une ouverture géniale de Ben Arfa (discret par ailleurs) pour Benzema dont la frappe immédiate était repoussée dans les pieds de Govou. Le trio offensif formé à Lyon venait encore de frapper. Le même Govou avait raté une occasion en or en tout début de match sur une passe lumineuse de Juninho, laissant croire à une répétition du match aller. Mais au contraire la première la période était entièrement dédiée à une maîtrise lyonnaise des faibles velléités locales. Même le public d’Ibrox Park, chaud bouillant au début, se taisait peu à peu.

Mais il ne fallait pas compter que cette apathie au retour des vestiaires. Et comme on pouvait l’attendre, les joueurs de Walter Smith chargeaient à tout va, sans toutefois de véritable occasion franche, hormis un centre-tir sauvé par Squillaci. C’est en fait Juninho qui trouvait la barre sur un coup-franc plein axe. Et puis il y eut cette minute de folie...

A la 79e... Benzema, parti dans le dos de la défense, éliminait le gardien écossais, McGregor, mais sa frappe dans le but déserté était reprise in extremis par Naismith revenu d’on ne sait où. Sur le contre, Ferguson débordait dans la surface et centrait pour Darcheville qui reprenait à un petit mètre des buts... sur la barre à cause d’une petit motte de terre rebelle !

Benzema, mental de fer, se rachetait cinq minutes plus tard en profitant d’un nouveau raté de l’arrière-garde locale. Avant de signer un doublé plein de classe sur une frappe croisée lumineuse aux 20 mètres. La messe était dite, la cathédrale orthodoxe d’Ibrox se tût. Lyon est en 8e de finale. Peut-être le début d’une grande histoire...

Master OL
© Parigones - clabdesign