à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Sports > Olympique Lyonnais
 

FooT : Libourne rêve de couper la tête du patron
 

BORDEAUX (Reuters) - Libourne Saint-Seurin s’est taillé une réputation de coupeur de tête en Coupe de France et c’est celle de Lyon, le patron de l’élite, que les amateurs rêvent de voir rouler samedi en 32es de finale.


Les joueurs de CFA avaient atteint l’an passé les quarts de finale, éliminant successivement deux clubs de première division, Lille et Metz, et un club de D2, Châteauroux, avant de s’incliner dans les arrêts de jeu devant Bastia.

"C’est une alchimie entre un groupe de joueurs de qualité, beaucoup de travail et une ambiance créée autour d’un entraîneur charismatique (l’ancien professionnel) Jean-Marc Furlan", résume le président du club, Bernard Leyris.

Composant avec un budget de 3,5 millions de ff (environ 500.000 euros), Libourne-Saint-Seurin ne peut pas rivaliser, au moins sur le papier, avec les étoiles lyonnaises.

Pourtant, les complexes ne sont pas de mise pour ces joueurs dont certains sont d’anciens professionnels et d’autres issus de centres de formation de grands clubs.

"Financièrement, la Coupe devrait nous permettre d’équilibrer notre budget", précise Bruno Leyris.

Si la magie de la compétition continue de faire rêver le patron du club, il a rappelé que l’objectif numéro un de la saison restait la montée en National.

"L’an passé, nous avons manqué la montée pour deux ou trois points que nous ont coûtés les matches de Coupe de France", a-t-il précisé.

"Si nous battons Lyon, nous serons très contents mais le vrai tour de piste je veux qu’il se fasse à la fin de la saison le 26 mai."

Autre vertu de la Coupe de France, deux anciens joueurs de l’équipe, Matthieu Chalmé et Thomas Charenton, ont poursuivi leur carrière chez les pros, respectivement à Lille et à Istres.

Pour cette rencontre, les Libournais ont refusé l’idée de jouer chez leur grand voisin Bordeaux pour bénéficier du soutien de leurs supporters dans le petit stade André Noueix qui compte 8.000 places assises.

Bien que largement favoris sur la feuille de match, les Lyonnais ne veulent surtout pas sous-estimer leur adversaire dans une compétition où les surprises sont nombreuses et souvent désagréables pour les formations de l’élite.

Les hommes de Paul Le Guen ont encore en mémoire leur élimination de la Coupe de l’UEFA le mois dernier par les Turcs du Denizlispor, qui participaient pour la première fois à une épreuve européenne.

Le reste de l’article est sur Les joueurs de CFA avaient atteint l'an passé les quarts de finale, éliminant successivement deux clubs de première division, Lille et Metz, et un club de D2, Châteauroux, avant de s'incliner dans les arrêts de jeu devant Bastia.

"C'est une alchimie entre un groupe de joueurs de qualité, beaucoup de travail et une ambiance créée autour d'un entraîneur charismatique (l'ancien professionnel) Jean-Marc Furlan", résume le président du club, Bernard Leyris.

Composant avec un budget de 3,5 millions de ff (environ 500.000 euros), Libourne-Saint-Seurin ne peut pas rivaliser, au moins sur le papier, avec les étoiles lyonnaises.

Pourtant, les complexes ne sont pas de mise pour ces joueurs dont certains sont d'anciens professionnels et d'autres issus de centres de formation de grands clubs.

"Financièrement, la Coupe devrait nous permettre d'équilibrer notre budget", précise Bruno Leyris.

Si la magie de la compétition continue de faire rêver le patron du club, il a rappelé que l'objectif numéro un de la saison restait la montée en National.

"L'an passé, nous avons manqué la montée pour deux ou trois points que nous ont coûtés les matches de Coupe de France", a-t-il précisé.

"Si nous battons Lyon, nous serons très contents mais le vrai tour de piste je veux qu'il se fasse à la fin de la saison le 26 mai."

Autre vertu de la Coupe de France, deux anciens joueurs de l'équipe, Matthieu Chalmé et Thomas Charenton, ont poursuivi leur carrière chez les pros, respectivement à Lille et à Istres.

Pour cette rencontre, les Libournais ont refusé l'idée de jouer chez leur grand voisin Bordeaux pour bénéficier du soutien de leurs supporters dans le petit stade André Noueix qui compte 8.000 places assises.

Bien que largement favoris sur la feuille de match, les Lyonnais ne veulent surtout pas sous-estimer leur adversaire dans une compétition où les surprises sont nombreuses et souvent désagréables pour les formations de l'élite.

Les hommes de Paul Le Guen ont encore en mémoire leur élimination de la Coupe de l'UEFA le mois dernier par les Turcs du Denizlispor, qui participaient pour la première fois à une épreuve européenne.

"Nous avons à coeur de bien nous préparer", explique l'attaquant Tony Vairelles. "De bien nous concentrer pour un match qu'il ne faut surtout pas prendre à la légère."" class="spip_out">Yahoo.fr

JéM
www.parigones.net
© Parigones - clabdesign