à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Sports > Olympique Lyonnais > Olympique Lyonnais - Matchs
 

LE JOUR DE GLOIRE
 

Lyon, malmené par une équipe de Bordeaux (1-0) sans parvenir à remonter son handicap de deux buts, s’est qualifié mercredi soir pour les demi-finales de la Ligue des Champions au terme d’un match retour beaucoup plus tactique qu’à aller. Un première historique pour le club de Jean-Michel AULAS.


La qualification n’a pas tenue à grand chose, à deux barres transversales, un penalty interprétable concédé à Gerland et des parades de classe mondiale d’un Hugo Lloris, qui compte aujourd’hui parmi les plus grands à son poste.

Il était dit que ce premier quart franco-français de l’histoire se jouerait sur des détails. Quand l’ancien lyonnais Alou Diarra alluma une reprise de volée venue d’ailleurs des 30 mètres sur la transversale de Lloris à la 44ème minute, on pensait bien que cela changerait du match aller et celle trouvée par Wendel.

On sentait que les hommes de Laurent Blanc, qui avaient abordé ce retour fratricide sans occasion nette jusque là, n’arriveraient pas à percer le bloc lyonnais, bien articulé autour d’un Cris impérial dans les airs.

Gomis, la remplaçant de Lisandro à la pointe de l’attaque des Gones, n’avait pas eu plus de réussite au préalable sur deux têtes (13, 36) qui auraient pu enterrer définitivement les rêves d’exploit girondin.

Seulement, pour encore quelques semaines, Bordeaux possède dans sa manche Marouane Chamakh, combattant altruiste à ses débuts, devenu référence continentale et buteur cette saison.

A l’aller, il avait flambé, puis fait flamber Lloris. Mercredi, il a remis ça, à la conclusion d’une combinaison Jussiê-Trémoulinas, d’un centre de ce dernier vers Plasil pour le plat du pied de l’espoir juste avant la pause (1-0, 45).

De favori légitime au coup d’envoi, l’OL passait au rang de victime potentielle à la reprise, même si Gomis (46) puis Bastos (49) faillirent rapidement rétablir la hiérarchie initiale.

Mais c’est Sané, de la tête sur un corner de Gourcuff (80), qui manqua de combler Chaban-Delmas. Puis ce fut au tour de Wendel, de la tête également sur un centre de Chalmé (88), s’éleva pour un 2-0 presque implacable que Lloris sortit d’une claquette incroyable pour préserver la qualification des siens.

Lyon était en demi-finale de la plus prestigieuse coupe d’europe des clubs de football.

Master OL
© Parigones - clabdesign