à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Sports > Olympique Lyonnais
 

L1 : Lyon marque son territoire
 

En s’imposant avec efficacité et manière à Strasbourg (4-0), l’Olympique Lyonnais a expédié ce week-end un message sans ambiguïté à ses adversaires pour le titre de Ligue 1.


Comme ils l’ont fait auparavant et dans l’ordre à Auxerre (2-1), Nice (1-0) et Bordeaux (1-0), les champions de France ont signé leur quatrième succès consécutif à l’extérieur, là où un piège leur était promis.

"C’était important de prendre les trois points pour poursuivre notre série de neuf matches sans défaite, résume Jérémie Bréchet. En plus, nous avons mis la manière et avons pris du plaisir sur le terrain."

Et au lendemain de ce match, l’arrière international affichait un large sourire : "Nous sommes plus forts que l’an passé, s’enthousiasme-t-il. C’est pour cela que nous imprimons un sprint terrible. Mais la course poursuite n’est pas terminée, elle va être folle jusqu’au bout."

"Ce n’est que du bonheur, reprend Eric Carrière. J’espère que cela va durer jusqu’à la fin de la saison."

Comme un clin d’oeil, un an après son premier sacre -le 4 mai 2002, Lyon battait Lens (3-1) et devenait champion de France-, Lyon endosse de nouveau les habits de patron "psychologique" de la Ligue 1.

"Il y a plusieurs facteurs qui conduisent à ce parcours, explique Jérémie Bréchet. Le travail, l’humilité, notamment."

"Nous avons pris beaucoup de claques cette année, dans les coupes européennes et françaises, analyse encore le gaucher lyonnais. Cela nous a permis d’avoir des semaines entières pour travailler."

Et cela paie. Depuis son dernier revers à Monaco, le 4 février l’OL déroule.

NE PAS S’ENFLAMMER

Dans un calendrier allégé, Les Lyonnais ont engrangé 23 points sur 27 possibles, là où Marseille en a pris 17 et Monaco 16 (avec un match en moins).

Et comme en plus la défense tient de mieux en mieux (24 buts encaissés lors de matches aller, contre 12 lors des 16 matches suivants), les Lyonnais peuvent voyager plus tranquilles.

"Avant la rencontre, on pensait que ce match à Strasbourg pouvait sonner comme un déclic, commente Jérémie Bréchet. Il y avait eu le match nul de Lille, il y a 15 jours et la semaine de préparation avait été difficile entre les blessés et les internationaux absents."

Au final, les hommes changent, mais pas le résultat.

"Cela montre que, quoi qu’il arrive, le groupe a une super cohésion et une super solidarité, explique Jérémie Bréchet. Nous sommes sur une série avec ces valeurs qui nous habitent depuis quelques semaines."

Le champion du monde brésilien, Edmilson illustre cette continuité : "On l’a appelé Edmi-gov, révèle Jérémie Bréchet. Car il occupait le poste dévolu à Sidney Govou ! Il peut tellement apporter à tous les postes. Il a tellement la grinta, l’envie de gagner. En plus, cela me fait plaisir de le revoir jouer."

Edmilson vit une saison paradoxale, qu’il a passé le plus souvent sur le banc. A Strasbourg, il a retrouvé une place de titulaire, pour la première fois depuis trois mois : "Je suis prêt à jouer n’importe où, explique-t-il. Mais plus sérieusement, il nous reste trois finales et je vais tout donner pour ce club."

L’OL va recevoir à deux reprises (le P-SG, puis Guingamp) pour un ultime déplacement à Montpellier : "Rien n’est joué, coupe Jérémie Bréchet. Nous sommes certes en bonne position et sur une bonne dynamique, mais si nous nous enflammons maintenant, c’est là que nous allons connaître une grosse désillusion. Il faut rester calme."

Et Paul Le Guen prévient : "Notre but, est la Ligue des Champions, indique le coach. Il faut donc terminer dans les deux premiers. Le titre est une sorte de plus. On sait ce que l’on veut. Et on ne va rien lâcher."

Et Juninho d’enfoncer le clou : "Ce soir, on est tous très content de rapporter les trois points de la victoire. On a fait un match solide, on a été très costaud mais il faut se dire encore une fois que rien n’est gagné. Il reste trois matches, donc 9 points en jeu et la lutte va être difficile. On va déjà voir ce que va faire Monaco demain à Paris mais dans tous les cas, il faudra continuer comme ça et poursuivre cette belle dynamique qui nous anime depuis maintenant 9 matches consécutifs..."

Jean-Michel Aulas au micro de TPS :

Président, 4-0, c’est une belle victoire pour l’OL... Oui, les Lyonnais ont fait un match de grande qualité ce soir. Ce n’était pas facile de venir gagner ici mais les joueurs l’ont fait et ils y ont mis en plus la manière. On a eu une semaine de préparation difficile avec notamment nos internationaux qui jouaient avec leur sélection respective et qui sont rentrés assez tard, Sidney a dû déclarer forfait, mais au bout du compte, Paul Le Guen a su mobiliser tout le monde et rendre le groupe très efficace.

Un millier de supporters Lyonnais présents ce soir. La mobilisation est grande du côté de Lyon... C’est vrai. On est très heureux d’avoir gagné pour tous ces supporters qui ont fait le déplacement ici. Douze cars sont partis de Lyon ce matin et c’est beau de voir une telle mobilisation.

Comment voyez-vous la fin du championnat ? Le suspens va durer jusqu’au bout. Pour le moment, tout le monde supporte bien la pression. Bordeaux a un peu décroché. Ils ont une belle équipe mais cette semaine a été fatale pour eux puisqu’ils se sont également fait éliminer de la Coupe de France et la course finale va probablement se disputer entre Monaco, Marseille et Lyon.

Un mot sur Sonny qui a encore marqué ce soir. Restera-t-il à l’OL l’année prochaine ? J’espère qu’il restera. Nous avons conclu des accords qui lui permettent de bien gérer sa fin de carrière. En tout cas, il a encore fait un très bon match ce soir...

Master OL
© Parigones - clabdesign