à Paris
  News des Membres
Les Lyonnais à Paris
Sites "Amis"
Lyonnais connus
Photo Gallery
Revue de Presse
La Boutique
  Autres sports
Olympique Lyonnais
PariGones FC
Tout le reste du foot
Autre sport : Rugby
Autre sport : Basket
  Restaurants Lyonnais
Soirées
Théâtre et humour
Cinéma et TV
Bandes Dessinées
Arts Plastiques
Musique & Concerts
Gastronomie
Apéros & Afterworks
  Histoire des Lyonnais
Economie
Juridique
Littérature
Politique
Humanisme
Société

 
Accueil > Sports > Olympique Lyonnais > Olympique Lyonnais - Matchs
 

Lyon toujours plus grand
 

Mené au score une trentaine de minutes, l’Olympique Lyonnais a renversé la situation en seconde mi-temps avec beaucoup de maîtrise collective pour ramener un match nul 1-1 de sa visite au Real Madrid, mercredi soir en match de la cinquième journée de la phase 1 de la Ligue des Champions.


Déjà qualifié pour les huitièmes de finale, l’équipe Lyonnaise est, avec ce résultat, assuré de rester en tête du groupe F et ce, quel que soit le résultat du dernier match de ce tour qui l’opposera, le 6 décembre aux Norvégiens de Rosenborg à Gerland.

Il est cependant fort douteux que, chez eux, les Lyonnais invaincus dans cette phase (4 victoires et 1 nul) ne saisissent pas l’occasion pour fêter leur qualification.

Lyon qui avait frappé fort à l’aller (3-0) a confirmé qu’il était désormais à l’aise partout en Europe devant une formation madrilène encore convalescente et qui souffrait, par ailleurs, des absences de Raul et Ronaldo.

Certes, les madrilènes, dominateurs en première période, ont ouvert le score par Guti peu avant la pause (41e). Mais, en seconde mi-temps, ils n’ont pu empêcher le retour de Lyonnais tout à fait maîtres de leur sujet et qui ont égalisé par Carew (72e).

Battu (3-0) par Barcelone dans le "clasico", le week-end dernier, le Real voulait se rassurer en début de rencontre et attaquait la rencontre avec conviction. Ainsi, dans les cinq premières minutes, deux centres puissants devant la cage de Coupet cherchaient preneurs sans les trouver.

C’est ensuite Robinho qui bénéficiait d’un long service en profondeur et se présentait devant Coupet. Mais le portier lyonnais était impeccable et récupérait la balle sans commettre de faute (13e).

Sur le flanc qu’il affectionne, Zidane entrait en action. Il adressait un centre en retrait pour son capitaine Guti dont la frappe était repoussée par Coupet (15e). Puis, sur un corner de David Beckham, la reprise de la tête de Guti était stoppée sur la ligne par le défenseur Anthony Réveillère (22e).

Pour le club madrilène qui poussait sans recevoir le soutien d’un public boudeur, la libération intervenait sur un nouveau coup de pied arrêté. Un coup franc de Beckham était mal apprécié par la défense lyonnaise et Guti pouvait récupérer la balle près du point de penalty pour fusiller Coupet (41e).

A la pause, l’avance madrilène était logique d’autant que Lyon n’avait cadré qu’une seule fois sur une tentative de Carew qui avait profité d’une bévue de la défense adverse pour aller défier Casillas en angle fermé (5e).

Après la reprise, une volée au-dessus du cadre de Robinho à la réception d’un long centre de Zidane (60e) faisait illusion en faveur des Espagnols, car ces derniers étaient désormais dominés par les Lyonnais.

En pivotant sur lui-même, Carew pouvait frapper mais sans cadrer (62e), puis c’est une reprise de Govou qui obligeait Casillas à s’employer (66e).

Les Lyonnais étouffait progressivement son rival. L’entrée de Wiltord s’avérait payante. Ce dernier contournait toute la défense par la gauche et centrait pour Carew. Le norvégien prenait tout son temps pour décocher une talonnade qui passait entre les jambes de Roberto Carlos avant de tromper Casillas (72e). Ce a fait le tour des télévisions européennes.

Les sifflets des tribunes madrilènes accompagnaient le lent déclin des Madrilènes qui donnaient l’impression de pouvoir céder à la moindre accélération lyonnaise. Il fallait d’ailleurs un spectaculaire plongeon de Casillas pour priver Tiago du deuxième but des Rhodaniens (76e).

Le score en restait là et les 4000 supporters Lyonnais qui avaient fait le déplacement pouvait savourer l’idée que Lyon avait dominé le Real et était devenu une grande équipe à l’échelle européenne.

Master OL
© Parigones - clabdesign